Des migrants secourus par l'ONG Proactiva Open Arms, le 29 mars 2017. Crédit : Reuters/Yannis Behrakis
Des migrants secourus par l'ONG Proactiva Open Arms, le 29 mars 2017. Crédit : Reuters/Yannis Behrakis

141 migrants sur les 146 portés disparus mercredi dans un naufrage au large de la Libye sont finalement sains et saufs. Une personne a péri dans le naufrage et cinq autres restent introuvables.

Le dramatique bilan annoncé suite à un naufrage en Méditerranée s’est finalement avéré être une erreur. Mercredi 29 mars suite au témoignage d’un migrant, le Haut-commissariat pour les réfugiés (HCR) annonçait la disparition en mer de près de 150 personnes dans le naufrage de leur bateau. Le lendemain, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) rapportait que sur les 147 passagers de ce canot parti lundi de Libye, 141 ont été repêchés par des secouristes allemands, une personne est décédée et cinq autres sont à l’heure actuelle toujours portées disparues.

Mardi 28 mars, le bateau, déjà en partie submergé, a été pris en charge par le Iuventa, un navire affrété par l’ONG allemande Jungend Rettet. Au milieu des personnes retrouvées saines et sauves, les secouristes allemands ont découvert un migrant mort ainsi qu’un jeune homme à peine conscient en état de déshydratation et d’hypothermie, accroché à un bidon d’essence.

Transféré sur un navire militaire espagnol de l’opération européenne Sofia, le gambien de 16 ans a été immédiatement conduit à Lampedusa, l’île italienne la plus proche des côtes libyennes. Un représentant du HCR avait alors recueilli son témoignage selon lequel il serait le seul survivant du canot.

Or les autres passagers secourus avaient eux été mis à l’abri à Augusta, en Sicile. Là, un représentant de l’OIM a montré une photo du jeune Gambien : "Ils l’ont reconnu, ils ont donné son nom. Plusieurs de ses amis ont pleuré de le savoir sain et sauf. Ils étaient sur le même canot", a expliqué à l’AFP Flavio di Giacomo, porte-parole de l’OIM en Italie.


La confusion sur le nombre réel de disparus s’explique par le fait que le jeune homme s’est réveillé seul sur le navire espagnol, qu’il a livré un récit précis et qu’il y a eu une série de malentendus entre secouristes allemands, espagnols et italiens.

Depuis le début de l’année, au moins 590 migrants sont morts ou disparus au large de la Libye, selon l’OIM. Le bilan du HCR est quant à lui de 813 morts ou disparus. Cela s’explique par le fait que l’agence onusienne inclut les victimes au large de la Grèce et de l’Espagne.
 

Et aussi