Des enfant jouent dans le camp de Moria en juin 2020. Crédit : Picture alliance
Des enfant jouent dans le camp de Moria en juin 2020. Crédit : Picture alliance

Interrompues en raison de la crise sanitaire, les procédures de relocalisation des migrants depuis la Grèce reprennent peu à peu. Un contingent d'une centaine de migrants doit arriver en Allemagne en fin de semaine pour y demander l'asile.

Environ 100 migrants mineurs et leurs familles vivant actuellement en Grèce seront transférés en Allemagne vendredi 24 juillet, à la suite d'un accord conclu entre les deux pays en mars. Il s'agit principalement de jeunes avec des problèmes de santé divers pour qui les conditions de vie en Grèce étaient particulièrement difficiles et néfastes. 

Le ministère de l'Intérieur allemand a indiqué que les migrants provenaient d'Afghanistan, d'Irak, de Somalie ainsi que des Territoires palestiniens. Tous entameront leur procédure de demande d'asile directement en Allemagne plutôt qu'en Grèce où les délais d'attente peuvent aller jusqu'à plusieurs années en raison des flux de migrants qui continuent d'arriver. Plus de 30 000 demandeurs d'asile s'entassent actuellement dans les camps des îles de la mer Égée ne disposant que d'une capacité d'accueil de 5 400 places.

>> À (re)lire : Grèce : les effets dévastateurs des camps de migrants sur les enfants

Selon le quotidien allemand Die Welt, les 24 familles concernées par cette relocalisation doivent atterrir à Kasel en Rhénanie-Palatinat, dans l'ouest de l'Allemagne. Ils seront ensuite répartis dans différentes régions. La procédure a pris du retard en raison de la pandémie de coronavirus, même si la Grèce n'est pas considérée comme un foyer épidémique. Tous les migrants concernés ont, en outre, été dépistés.

Die Welt estime que le nombre total de migrants transférés en Allemagne depuis la Grèce devrait atteindre 928, dont 243 sont des enfants nécessitant une hospitalisation dès leur arrivée.

L'Allemagne n'est pas le seul pays de l'Union européenne à accueillir des migrants en provenance de Grèce. La France s'est engagée à en accueillir 750, dont 350 mineurs non accompagnés. Le Portugal doit, lui, réceptionner prochainement 500 mineurs isolés. Un premier groupe de 25 d'entre eux est d'ailleurs arrivé début juillet.

 

Et aussi