Depuis Tanger au Maroc, des personnes observent les falaises du continent européen situées de l'autre côté de la mer Méditerranée, en Espagne. Crédit : Getty Images
Depuis Tanger au Maroc, des personnes observent les falaises du continent européen situées de l'autre côté de la mer Méditerranée, en Espagne. Crédit : Getty Images

Plus de 100 migrants ont été interceptés en mer Méditerranée dans la nuit de dimanche à lundi par la marine royale marocaine et renvoyés aux ports de Nador et Tanger. Par ailleurs, huit personnes sont mortes la nuit suivante dans le détroit de Gibraltar alors qu'elles tentaient de rejoindre l'Espagne à bord d'embarcations de fortune.

La marine royale marocaine a annoncé mardi 21 juillet avoir intercepté 107 migrants qui tentaient de rejoindre les côtes espagnoles à bord d'embarcations de fortune.

Les migrants, dont certains venus d'Asie et d'Afrique subsaharienne, ont été ramenés dans la nuit de dimanche à lundi vers les ports de Tanger et de Nador, dans le nord-est du pays.

Par ailleurs, selon Helena Maleno de l'association Caminando Fronteras, huit personnes sont mortes dans la nuit de lundi à mardi dans le détroit de Gibraltar. "Une embarcation a chaviré pendant le sauvetage de la marine marocaine et deux migrants originaires du Sénégal sont morts à ce moment-là", précise à InfoMigrants la militante espagnole. "De plus, six autres personnes ont perdu la vie la même nuit dans un autre canot secouru par les Espagnols", ajoute-t-elle.

En outre, les arrivées sur les îles Canaries continuent à une rythme important. Quatre-vingt onze personnes ont débarqué dans l'archipel pour la seule journée de mardi, affirme le journaliste espagnol Txema Santana, présent sur place.

Malgré le renforcement des contrôles et les restrictions de circulation liés à la pandémie de coronavirus, les flux migratoires vers l'Europe n'ont pas cessé, que ce soit en Méditerranée ou dans l'Atlantique.

 

Et aussi