Des clientes portent le masque dans une centre commercial du centre de Paris, le 20 juillet 2020. Crédit : Reuters
Des clientes portent le masque dans une centre commercial du centre de Paris, le 20 juillet 2020. Crédit : Reuters

InfoMigrants fait un tour d’Europe des obligations en matière de port du masque contre le Covid-19. La France est un des pays les plus stricts, la Belgique vient de durcir ses règles, l'Italie impose la sanction la plus sévère d'Europe, et la Suède préfère miser sur la responsabilité des ses habitants.

Face à une menace de recrudescence de la pandémie de Covid-19, de nombreux pays européens exigent le port du masque dans la plupart des lieux publics. Leur liste s'est allongée récemment, avec des sanctions pouvant aller jusqu’à plusieurs centaines d’euros. Dans tous les cas et partout en Europe, les autorités recommandent de garder son masque en présence des plus fragiles (personnes âgés, femmes enceintes, malades).

France

Pour lutter contre la pandémie de Covid-19, le port du masque est devenu obligatoire dans les espaces publics clos pour les plus de 11 ans, depuis le lundi 20 juillet. Sont concernés par exemple les commerces, les banques et administrations (comme la préfecture), les tribunaux et la CNDA, les bureaux de poste, les transports en commun et les taxis, les lieux de cultes (églises, mosquées), les centres de loisir pour les enfants ou encore les parties communes des hôtels (comme les couloirs).

Plusieurs villes françaises vont plus loin. Elles obligent les passants à porter le masque en permanence dans les rues les plus fréquentées ou sur les marchés extérieurs. C’est le cas notamment dans plus d'une centaine de communes touristiques du littoral français, telles que Brest (Finistère), Cannes (Alpes-Maritimes), ou La Rochelle (Charente-Maritime), mais aussi dans les Alpes à Annecy (Haute-Savoie).

L'amende pour le non-respect du port du masque est de 135 euros. Elle peut s’élever à 1 500 euros en cas de récidive dans les 15 jours.

>> À relire : Sans-papiers, demandeurs d’asile : à quelles aides médicales avez-vous droit en France ?

En France, le gouvernement a promis de distribuer des masques gratuitement pour les bénéficiaires de la complémentaire santé solidaire (CSS) - ancienne CMU-C. Ils devraient recevoir des masques lavables en tissu par la Poste.

Les personnes inscrites à l'aide médicale d'État (AME) - accessible aux migrants en situation irrégulière - pourront elles aussi recevoir des masques, soit par la poste, soit avec l’aide d’associations et de leur ville, leur département et ou de leur région.

Les plus “vulnérables” ou les personnes dites “à risques” pourront se faire rembourser les masques achetés en pharmacie par l’Assurance maladie, uniquement sur ordonnance d’un médecin.

Espagne

Le port du masque est obligatoire à l’intérieur et à l’extérieur en Espagne, dans les cas où une distance minimale de 1,5 mètre ne peut pas être respectée.

Avec des mesures plus strictes dans certaines régions, comme en Catalogne, où en dehors de la plage, le masque doit être porté en permanence dans les rues et dans les lieux publics comme les terrasses de restaurant, sous peine d'une amende de 100 euros. La même règle s’applique en Aragon, Estrémadure, Navarre, aux Asturies et en Andalousie.

Belgique

Face à une recrudescence des cas de Covid-19, la Belgique vient de durcir ses règles de protection sanitaire. Dès le 29 juillet, elle n'autorise plus qu'à voir 5 personnes (au lieu de 15 personnes depuis le déconfinement), en dehors de son cercle familial, par semaine, et ce durant quatre semaines.

En matière de port du masque, la Belgique a également renforcé sa réglementation. Celui-ci est désormais obligatoire sur tout le territoire “dans tout endroit à forte fréquentation” : les marchés, les fêtes foraines, les brocantes, les bâtiments publics ou encore les rues commerçantes et les promenades en bord de mer (dans les certaines villes touristiques).

Allemagne

Les personnes vivant en Allemagne doivent porter le masque dans l'ensemble des transports en communs et les commerces du pays, dont les banques et les bureaux de poste. Dans la plupart des régions allemandes, seuls les plus de 6 ans doivent se couvrir, mais certains Länder comme la Saxe-Anhalt l’exige dès l’âge de 2 ans. À Berlin et en Saxe, il n’y a pas d’âge minimum, seuls les “petits” enfants sont exclus de la législation.

En cas de non-respect, certains Länder et certaines villes allemandes peuvent imposer une amende allant de 10 euros en Rhénanie-Palatinat à 500 euros à Berlin.

Grèce

Les conditions du port du masque sont devenues plus strictes en Grèce fin juillet. Les usagers doivent être obligatoirement couverts dans les transports dont les navires, et dans la quasi-totalité des lieux fermés, comme les supermarchés, les banques, les services publics.

Ceux qui ne portent pas le masque risquent une amende de 150 euros.

Italie

Le masque est obligatoire en Italie dans les espaces publics clos, notamment les commerces, les musées, les transports, et dans toute situation où il n’est pas possible de respecter une distanciation physique suffisante de 1,5 mètres entre deux individus.

Les enfants de moins de six ans et les personnes présentant un handicap incompatible avec le port du masque ne sont pas soumis à cette obligation.

Craignant un retour en masse du Covid-19, certaines régions italiennes ont durci les sanctions. Dans la région de Naples, en Campanie, ceux qui ne portent pas de masques dans les espaces clos risquent de payer une amende de 1 000 euros.

Angleterre

Au Royaume-Uni, le masque est obligatoire pour les plus de 11 ans dans les transports publics, mais aussi dans les commerces et les banques, depuis le 24 juillet. L'amende en cas de non-respect du port du masque s'élève à 100 livres, soit 110 euros.

Suède

Contrairement à la plupart des pays européens, aucune obligation n’est imposée en Suède pour le porte du masque. Il n’est exigé dans quasiment aucun lieu public. Il en est de même en Finlande et au Danemark.

Les autorités suédoises, qui ont interdit les rassemblements de plus de 50 personnes et les visites en maison de retraite, appellent plutôt à la responsabilité des habitants du pays : distanciation physique, application stricte des règles d'hygiène, isolement en cas de symptômes au Covid-19.

 

Et aussi