Des migrants ont été secourus en mer par Malte après avoir passé plus de 30 heures en mer. Crédit : Reuters
Des migrants ont été secourus en mer par Malte après avoir passé plus de 30 heures en mer. Crédit : Reuters

Malgré les appels répétés d'ONG et d'organisations internationales, Malte a mis plus de trente heures à secourir une embarcation de 95 migrants à la dérive en mer Méditerranée. L'ONU dénonce une "scandaleuse politique de non-assistance".

Il aura fallu attendre plus de 30 heures pour que Malte accepte de secourir une embarcation de migrants en détresse dans les eaux maltaises."Quelque 95 migrants dérivent dans la Méditerranée pour la deuxième journée alors qu'une scandaleuse politique de non-assistance persiste", a déclaré sur Twitter dimanche 26 juillet Safa Msehli, porte-parole de l'Organisation internationale des migrations (OIM). "37 heures [se sont écoulées] depuis le premier appel de détresse et les migrants sont toujours en mer", a-t-elle ajouté le lendemain midi.

"Les autorités maltaises et italiennes sont informées mais ne répondent pas"

La première alerte a été donnée dimanche peu avant 2 heures du matin sur les réseaux sociaux par la plateforme d'aide aux migrants en mer, Alarm Phone. "95 personnes risquent de se noyer dans la SAR zone maltaise. Les gens ont contacté Alarm Phone car leur moteur ne fonctionne pas et l'eau entre dans le bateau. La situation à bord est critique. Les autorités maltaises et italiennes sont informées mais ne répondent pas", tweet alors l'organisation.

>> À (re)lire : Libye : des migrants passent 10 jours en mer, sept personnes meurent

Dès lors, Alarm Phone documente la situation à bord dans une série de tweets. "A 3h45, de plus en plus d'eau entrait dans le bateau. Nous leur avons dit que Malte avait été informé mais n'avait pas répondu. 'Mais nous nous noyons. Qu'attendent-ils ? Que nous mourrions?', disent les gens" dans le canot, rapporte la plateforme dimanche matin.

Quelques heures plus tard, les migrants assurent aux militants que "le bateau est plein d'eau et que certains ont commencé à sauter à l'eau (...)".

Dimanche après-midi, un navire marchand, le Heydar Aliyev, se trouve à proximité de l'embarcation en détresse. Selon Alarm Phone, le cargo fait le tour du canot mais n'intervient pas. "Vont-ils simplement nous regarder nous noyer ?", s'inquiète dans la soirée un naufragé. "Nous avons tellement soif. Nous n'avons pas eu d'eau depuis hier. Ils doivent nous donner de l'eau pour le bébé qui est sur le point de mourir", supplie-t-il.

L'ONU rappelle aux États leurs obligations

Lundi, l'OIM exhorte dans un communiqué Malte à secourir l'embarcation. "Nous réaffirmons que les États et les capitaines de navire ont l'obligation morale et légale de répondre à tout appel de détresse en mer", insiste l'agence onusienne, qui rappelle que depuis 2014, plus de 20 000 migrants sont morts en mer Méditerranée.

>> À (re)lire : Italie : le capitaine d'un navire devant la justice pour refoulement de migrants vers la Libye

Ces 95 migrants seront finalement secourus quelques heures plus tard par les autorités maltaises, affirme Alarm Phone sur Twitter.

"Au cours des dernières 48 heures, nous avons soutenu des centaines de personnes en grande détresse tandis que l'Europe retardait consciemment le sauvetage. Nous en avons assez que l'Union européenne (UE) joue avec la vie des gens. Nous en avons assez que les garde-côtes de l'UE nous raccrochent au nez, refusant de noter des informations qui peuvent sauver des vies", déplore épuisée la plateforme d'aide aux migrants en mer.

"Souvenons-nous des douze vies perdues lors de l’horrible week-end de Pâques aux portes de l’Europe après quatre jours en mer sans aucun secours", a de son côté rappelé Safa Msehli.

 

Et aussi