REUTERS/Elias Marcou | Un camp temporaire pour réfugiés et migrants nouvellement arrivés sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 13 mai 2020.
REUTERS/Elias Marcou | Un camp temporaire pour réfugiés et migrants nouvellement arrivés sur l'île de Lesbos, en Grèce, le 13 mai 2020.

Athènes a annoncé vendredi une prolongation jusqu’à la fin du mois d’août du confinement dans les camps de migrants installés sur ses îles et le continent. Le pays connaît une hausse du nombre d'infections mais aucun décès n'a encore été enregistré dans les camps de migrants.

Les camps de migrants de Grèce resteront confinés au moins jusqu’à la fin du mois d’août. Vendredi 31 juillet, le ministère des Migrations a déclaré que le confinement – entré en vigueur le 21 mars – sera prolongé jusqu'au 31 août "pour prévenir l'apparition et la diffusion des cas de coronavirus". Il s'agit de la 6e prolongation du confinement des camps de migrants, alors que la population grecque, elle, est sortie du confinement le 4 mai dernier.

La Grèce, avec 203 décès dus au Covid-19, n'a pas été aussi sévèrement touchée que d'autres pays européens et aucun décès n'a été enregistré dans les camps de migrants.

Mais ces derniers sont surpeuplés, en mer Egée particulièrement. Plus de 26 000 demandeurs d’asile y vivent, pour une d'une capacité d'accueil de moins de 6 100 places. Une situation qui génère de plus en plus de tensions avec la population locale.

Néanmoins, la prolongation du confinement des seuls camps de migrants ne constitue pas moins une discrimination manifeste des droits des personnes migrantes, ont dénoncé de nombreuses ONG dans un communiqué publié le 17 juillet.

>> A lire sur InfoMigrants : Cinquième prolongation du confinement en Grèce : "La discrimination ne protège pas du Covid-19"

“Nous sommes de plus en plus inquiets car les températures montent, nous sommes au milieu de l'été, et les migrants sont obligés de vivre dans des espaces saturés avec trop peu d'accès à l'hygiène, l'eau manque ainsi que les produits sanitaires dans la plupart des camps. Il y a un donc un risque que ces prolongement indéterminés provoquent d'importants problèmes sanitaires au sein des camps puisque les gens ne peuvent même plus sortir pour se faire soigner ou acheter des médicaments et des produits de première nécessité”, a indiqué à InfoMigrants Adriana Tidona, chercheuse spécialiste des questions migratoires en Europe pour Amnesty International.

Augmentation du nombre de cas

Si les autorités grecques veulent que les migrants restent dans des camps, elles invitent les touristes à venir dans le pays. Les aéroports grecs et les frontières ont ainsi été rouverts aux touristes étrangers. Or, ces mesures se sont accompagnées d'une augmentation du nombre de cas de Covid-19 dans le pays.

Depuis le 1er juillet, plus de 340 cas confirmés ont été enregistrés parmi les près de 1,3 million de voyageurs entrant en Grèce, a indiqué mardi la protection civile

Mardi, la Grèce a annoncé qu'elle rendait le masque obligatoire dans les magasins, les banques, les services publics et la quasi-totalité des lieux clos, en réponse à une résurgence des infections.

 

Et aussi

Webpack App