Quelque 134 migrants irakiens ont quitté Athènes jeudi 6 août pour rejoindre leur pays d'origine. (photo d'illustration). Crédit : Picture alliance
Quelque 134 migrants irakiens ont quitté Athènes jeudi 6 août pour rejoindre leur pays d'origine. (photo d'illustration). Crédit : Picture alliance

Un premier vol transportant des "migrants économiques" retournant "volontairement" dans leur pays d'origine, est parti d'Athènes jeudi, dans le cadre d'un programme de l'Union européenne. Au total, 5 000 personnes se verront proposer des incitations au départ de 2 000 euros.

Quelque 134 migrants irakiens ont "volontairement" quitté Athènes jeudi 6 août pour rejoindre leur pays d'origine. Des photos de leur embarquement dans l'avion montrent des hommes aux visages masqués. Certains brandissent fièrement leur passeport et agitent les bras en guise d'adieu.

Il s'agit du "plus important retour sur une base volontaire de migrants économiques jamais mis en oeuvre dans notre pays, et le plus important en Europe cette année", a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement Stelios Petsas. Ces retours ont lieu dans le cadre d'un programme mis en place en mars par l'Union européenne dans le but de soulager la Grèce qui abrite 120 000 migrants et réfugiés. Ce programme était jusque-là resté en suspens à cause de la pandémie de coronavirus.

Au total, 5 000 migrants, originaires de différents pays, se verront proposer des incitations au départ volontaire de 2 000 euros (2 400 dollars) par personne pour retourner dans leur pays d'origine. Une aide censée leur permettre un nouveau départ, avait expliqué en mars la commissaire européenne aux affaires intérieures Ylva Johansson.

Pour faire partie de ce programme, les candidats doivent être entrés en Grèce avant le 1er janvier 2020, et être toujours présents sur les îles de Leros, Samos, Lesbos, Kos et Chios en mer Egée. Ils disposent d'un mois pour faire leur demande. Ce délai peut être prolongé d'un mois supplémentaire pour atteindre le nombre requis de candidatures si celles-ci sont peu nombreuses, a expliqué le ministère des Migrations.

"Le gouvernement grec leur mène la vie dure"

À l'image de ces 134 Irakiens, les migrants des camps grecs sont de plus en plus nombreux à envisager, résignés, un retour au pays, observe Yonous Muhammadi, le directeur de l'association Greek forum of refugees qui oeuvre aux côtés de migrants. "Jeudi, je me suis rendu au camp de Ritsona [à une heure au nord d'Athènes, NDLR] et j'ai dû répondre à beaucoup de questions de la part des migrants qui voulaient savoir comment faire pour rentrer chez eux'', raconte-t-il, évoquant des personnes venues d'Afghanistan, du Pakistan et de pays africains.

"Il est pourtant clair que la situation dans leurs pays d'origine ne sera certainement pas meilleure qu'ici et, même, pour certains, qu'ils y seront en danger, mais ces personnes sont en souffrance. Elles envisagent le départ car le gouvernement grec leur mène la vie dure", poursuit-il affirmant que l'immense majorité des migrants continuent à vouloir rester en Europe.

Outre les conditions de vie effroyables dans les camps des cinq îles de la mer Égée, où s'entassent plus de 25 000 demandeurs d'asile pour 6 000 places et où le confinement ne cesse d'être prolongé, Athènes a récemment annoncé l'expulsion de 11 000 réfugiés de leur logement. Résultat : des migrants n'ont d'autres choix que de dormir dans les parcs du centre-ville ou entassés dans des appartements.

>> À (re)lire : Grèce : des milliers de réfugiés expulsés de leur logement

''Parfois, on trouve 30 ou 40 personnes dans un seul appartement. Les propriétaires peuvent leur prendre 10 euros par personnes et par jour. Et la police, que nous avons prévenue, s'en moque'', dénonce Yonous Muhammadi qui pointe le cynisme de l'État. ''Les autorités n'expulsent pas les migrants du pays mais elles rendent leur quotidien impossible. C'est une stratégie pour dissuader ceux qui prévoient de venir, même s'ils envisagent de toute façon cette option en dernier recours."

"Je connais beaucoup d’Irakiens sur les îles et aucun ne veut retourner en Irak"

Malgré les difficultés du quotidien, un retour au pays semble pour certains être une décision inimaginable. Ce programme européen laisse ainsi Karim, un père de famille irakien demandeur d'asile depuis deux ans, très dubitatif. "Si des personnes veulent rentrer dans leur pays, c’est uniquement parce que c’est très compliqué de vivre de manière digne quand on est demandeur d’asile en Grèce", confie-t-il à InfoMigrants.

De son côté, le choix est fait. "Rentrer, ça voudrait dire mourir", explique Karim, qui a été menacé dans son pays par des milices après avoir vendu de l'alcool dans son magasin de la ville de Bassora. "Je connais beaucoup d’Irakiens sur les îles grecques et aucun d'entre eux ne veut retourner en Irak."

>> À (re)lire : Grèce : les effets dévastateurs des camps de migrants sur les enfants 

En parallèle du programme de l'Union européenne, des "retours volontaires" sont également mis en place sous l'égide de l'Organisation internationale pour les migrations en coordination avec les autorités locales. En juillet, un groupe de Pakistanais avait déjà quitté Athènes par avion. Sur place, le décollage avait été suivi d'un regard attentif par le ministre grec des Migrations.

 

Et aussi