La frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Melilla est équipée de barbelés denses. Crédit : picture alliance
La frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Melilla est équipée de barbelés denses. Crédit : picture alliance

Un migrant est décédé jeudi après avoir chuté de cinq mètres en tentant de franchir la frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Melilla, ont annoncé les autorités espagnoles. Ni son identité, ni sa nationalité n'ont été dévoilées.

Un migrant est mort jeudi 20 août alors qu'il tentait, comme 300 autres personnes, de franchir la frontière entre le Maroc et l'enclave espagnole de Melilla, ont annoncé les autorités espagnoles.

L'homme avait essayé de franchir la triple clôture frontalière, équipée de barbelés denses, vers 6h30 (4h30 GMT). Il serait tombé de cinq mètres dans un ruisseau proche de la frontière, selon un porte-parole de la Garde civile, cité par l'AFP.

"Il faisait nuit, la zone lui était inconnue et il semble qu'il soit tombé. On ne sait pas si la mort est due au choc, au stress, à un arrêt cardiaque", a-t-il déclaré. Dans un communiqué, la préfecture de Melilla a, elle, évoqué une mort "de causes naturelles", sans préciser l'identité ni la nationalité de l'individu.

Au total huit migrants ont été blessés et portent "des ecchymoses" ainsi que trois agents de la Garde civile, qui ont souffert d'une épaule démise, d'une coupure à la tête et d'une hypoglycémie. "Cela n'a pas été un assaut violent, simplement une bousculade habituelle entre ceux qui tentent d'entrer et ceux que nous empêchons de le faire", a précisé le porte-parole.

La préfecture espagnole a affirmé que sur "les quelque 300 migrants qui ont tenté de traverser, une trentaine ont réussi. Les autres ont été interceptés et refoulés par les autorités marocaines."

Cette tentative est l'une des plus massives observées cette année dans la ville autonome de Melilla qui, avec l'autre enclave espagnole de Ceuta, constituent les seules frontières terrestres entre l'Union européenne et l'Afrique.

>> À (re)lire : Espagne : nouveau drame sur la périlleuse route des Canaries

Le confinement dû à la pandémie a sensiblement réduit le nombre des arrivées dans les enclaves, qui s'élèvent à 1 383 du 1er janvier au 31 juillet, contre 3 313 en 2019 pour la même période. À l'inverse, les arrivées ont bondi sur les îles espagnoles des Canaries, malgré une traversée longue et dangereuse à cause des courants océaniques.

Depuis début août, au moins 27 personnes sont mortes au large des côtes de la Mauritanie, au sud du Maroc, en tentant de rejoindre les Canaries.

 

Et aussi

Webpack App