Vue sur la mer Égée depuis l'île de Rhodes en Grèce. Crédit : Google Street View
Vue sur la mer Égée depuis l'île de Rhodes en Grèce. Crédit : Google Street View

Une nouvelle opération de sauvetage, la deuxième en 48 heures, a été lancée jeudi dans l'est de la Mer Égée, au large de l'île grecque de Rhodes. Les garde-côtes sont à la recherche d'un navire en détresse transportant 50 migrants partis de Turquie.

Les garde-côtes grecs ont lancé, jeudi 27 août, une nouvelle opération de sauvetage après avoir reçu un appel de détresse d'un bateau avec 50 migrants à son bord, au sud de l'île de Rhodes en mer Égée.

Aucun autre détail n'a, pour l'heure, été dévoilé.

Les autorités grecques sont déjà engagées depuis deux jours dans une autre opération de sauvetage dans cette même zone située en face des côtes turques. 

>> À (re)lire : Une centaine de migrants secourus après le naufrage d'un yacht en mer Égée

Ce sauvetage a permis de secourir 96 migrants dont le yacht a partiellement sombré. Parmi eux, 72 ont été transportés à Rhodes, cinq sur l'île voisine de Karpathos et 19 ont été récupérés depuis un navire marchand par les garde-côtes turcs. 

Un enfant et son père portés disparus

L'un des rescapés a fait savoir aux autorités qu'un père et son enfant manquaient à l'appel. Les recherches se poursuivent pour tenter de les retrouver. Leur nationalité et l'âge de l'enfant n'ont pas été indiqués.

Les garde-côtes ont, par ailleurs, annoncé l'arrestation d'un passeur présumé dans cette même affaire. Ce qui porte à quatre le nombre de personnes secourues ayant été arrêtées pour leur participation présumée à un trafic de migrants.

>> À (re)lire : Grèce : des garde-côtes reconnaissent avoir effectué des "tirs d’avertissement" sur une embarcation de migrants 

La Grèce a été, entre 2015 et 2016, la principale porte d'entrée pour des centaines de milliers de demandeurs d'asile fuyant principalement les combats en Syrie via la Turquie, à destination de l'Europe. Un accord entre Bruxelles et Ankara au printemps 2016 a contribué à réduire drastiquement le flux de migrants. 

Malgré tout, la Grèce est redevenue en juillet 2019 le premier pays d'entrée des migrants en Europe.

 

Et aussi