Des migrants "fragiles" du Louise Michel accueilli à Lampedusa pour y être soignés, le 29 août 2020. Crédits : Reuters.
Des migrants "fragiles" du Louise Michel accueilli à Lampedusa pour y être soignés, le 29 août 2020. Crédits : Reuters.

Les arrivées de migrants continuent d'augmenter à Lampedusa. En seulement trois jours, plus de 900 personnes ont débarqué sur la petite île italienne de manière autonome ou après avoir été secourues par les garde-côtes. Un bateau de pêche avec 367 migrants à son bord a été escorté samedi, et plus de 500 personnes ont débarqué sur de petites embarcations depuis vendredi.

Les centres d’accueil de la petite île italienne de Lampedusa sont au bord de l’implosion après des débarquements massifs de migrants, a alerté le maire de Lampedusa dimanche, quelques heures après un nouveau sauvetage.

Environ 367 personnes, dont 13 femmes et 33 mineurs, ont été escortées sur le rivage dans la nuit de samedi à dimanche, à bord d'un vieux bateau de pêche. Leur embarcation avait été repérée au large et risquait un naufrage en raison de vents violents. Les garde-côtes italiens et la police sont intervenus pour aider les naufragés à rejoindre le port de Lampedusa.

Les migrants, dont la nationalité n'est pas connue, ont été débarqués par petits groupes et se sont soumis à des contrôles de température, avant d'être acheminés dans un centre d'accueil de l'île. Celui-ci, submergé, héberge désormais quelque 1 500 personnes, soit dix fois sa capacité maximale. Il est "débordé au-delà de ce qui est humainement possible d'endurer", a averti le maire Toto Martello.

>> À (re)lire : Lampedusa fait face à un nouvel afflux de migrants tunisiens

"La situation est désormais vraiment insoutenable" 

L’élu a annoncé la convocation lundi des représentants des associations professionnelles de l'île pour déclarer "une grève générale". "Lampedusa ne réussit plus à tenir face à cette situation. Ou le gouvernement prend des décisions immédiates ou bien toute l'île se mettra en grève. Nous n'arrivons pas à gérer l'urgence et la situation est désormais vraiment insoutenable", a déclaré Toto Martello à l’agence italienne Ansa.

Le président de la région Sicile, dont Lampedusa fait partie, avait pris un décret il y a une semaine pour fermer tous les centres d'accueil de migrants de Sicile, dénonçant des conditions d'hygiène intenables avec l'épidémie de Covid-19. Mais sa démarche a été rejetée par la justice italienne.

Une trentaine d'arrivées en petites barques depuis la Tunisie

Avant le débarquement massif de la nuit de samedi, une trentaine de petites barques, venues majoritairement des côtes tunisiennes, avaient déjà gagné l'île depuis vendredi. Quelque 500 migrants ont ainsi rejoint Lampedusa, a comptabilisé la presse italienne.

>> À (re)lire : Les naufrages se multiplient le long de la côte tunisienne en direction de Lampedusa

Les gardes-côtes italiens ont aussi transporté samedi jusqu'à Lampedusa 49 personnes jugées fragiles, essentiellement des femmes et des enfants, qui avaient été secourues jeudi et vendredi en Méditerranée par le Louise Michel

Sur Twitter, l'équipage du navire humanitaire affrété par l'artiste Banksy, affirme avoir alerté Malte qui n'a pas répondu positivement à sa demande de secours. Les autorités maltaises ont déclaré être débordées par "les nombreux autres cas urgents".

Le bateau se trouvait pourtant dans "une zone de recherche et de secours" de l'État de Malte. Mais "en raison de la détérioration attendue des conditions météorologiques maritimes dans la région", La Valette a contacté les garde-côtes italiens pour mener à bien l'opération, d'après l'AFP.

 

Et aussi

Webpack App