Le Sea Watch 4 a pris la mer pour sa première mission en Méditerranée le 15 août dernier. Crédit : Sea-Watch / Chris Grodotski
Le Sea Watch 4 a pris la mer pour sa première mission en Méditerranée le 15 août dernier. Crédit : Sea-Watch / Chris Grodotski

Réunis sur le navire de l'ONG allemande, les quelque 350 rescapés du Sea Watch 4 et du Louise Michel pourront débarquer au port de Palerme en Sicile après une période de quarantaine en raison de la pandémie de Covid-19, a-t-on appris auprès d'une porte-parole.

Onze jours après son tout premier sauvetage, le Sea Watch 4 de l'ONG allemande éponyme a été autorisé, mardi 1er septembre, à débarquer ses 353 rescapés présents à bord au port de Palerme en Sicile. Covid oblige, tous - y compris l'équipage - devront d'abord passer par une quarantaine de deux semaines sur un bateau amarré à quai et mis à disposition par les autorités italiennes.

"Nous sommes très soulagés car la situation à bord se détériorait de jour en jour. Tout le monde était épuisé à commencer par l'équipage, mais aussi les rescapés qui sont vraiment poussés dans leurs retranchements pour tenir le coup", commente une porte-parole de Sea-Watch, jointe par InfoMigrants.

L'objectif est désormais de retourner en mer "aussi vite que possible", poursuit-elle. "Mais nous craignons que le navire ne soit immobilisé comme le Sea Watch 3 ou l'Ocean Viking. Cela serait un vrai désastre pour nous, d'autant plus que nous faisons en sorte de respecter toutes les instructions et les mesures sanitaires imposées par les autorités."

Parmi les rescapés, plus de 200 ont été secourus par le Sea Watch 4 entre les 22 et 24 août. Les 150 autres ont été récupérés lors de deux sauvetages la semaine dernière effectués par le Louise Michel, un nouveau navire humanitaire affrété grâce à l'aide du célèbre graffeur britannique Banksy.

Surpeuplé de rescapés entassés dans de mauvaises conditions, le Louise Michel avait rapidement lancé un appel de détresse pour la prise en charge des migrants, déplorant même un mort à bord. Le Sea Watch 4 a alors proposé d'accueillir les rescapés du Louise Michel. Peu avant ce transfert, les garde-côtes italiens avaient également évacué 49 passagers particulièrement fragiles pour les emmener à Lampedusa.

>> À (re)lire : L'Italie évacue les passagers "fragiles" du Louise Michel, les autres transférés sur le Sea Watch 4

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 20 000 migrants ont perdu la vie en Méditerranée depuis 2014. Les départs depuis les côtes libyennes n'ont jamais été aussi nombreux : pour la seule période du 24 au 31 août, 650 personnes sont arrivées en Italie et plus de 400 ont été interceptées et ramenées en Libye par les garde-côtes. Au moins 359 personnes sont par ailleurs décédées ou ont été portées disparues cette année après avoir emprunté la route de la Méditerranée centrale.

 

Et aussi