Le Moonbird a reçu une interdiction de départ  des autorités italiennes. Crédit : Sea-Watch
Le Moonbird a reçu une interdiction de départ des autorités italiennes. Crédit : Sea-Watch

Le Moonbird, l'avion de l'ONG Sea-Watch qui survole la Méditerranée, est cloué au sol par les autorités italiennes. Les humanitaires dénoncent une décision politique afin que "personne ne soit au courant de ce qu'il se passe en mer".

"Depuis vendredi notre avion Moonbird est maintenu au sol avec une interdiction de départ". Sur les réseaux sociaux, l'ONG Sea-Watch a indiqué mardi 8 septembre que son avion de reconnaissance, destiné à repérer les embarcations de migrants en Méditerranée, était cloué au sol par les autorités italiennes jusqu'à nouvel ordre.

Selon l'ONG allemande, "la raison est qu'on a passé trop d'heures au dessus de la mer". Avec cette interdiction de vol, "le gouvernement italien et l'Union européenne veulent être sûrs que personne ne soit au courant de ce qu'il se passe en mer Méditerranée", avance Sea-Watch.

Le Moonbird survole la Méditerranée centrale à la recherche d'embarcations de migrants en détresse et alerte les navires présents dans la zone afin qu'ils procèdent au sauvetage. L'avion de reconnaissance a également un rôle de surveillance au large des côtes libyennes. "On a rapporté des manquements dans les sauvetages" et avons documenté "des interceptions illégales ainsi que des 'push-back' vers la Libye", précise l'ONG.

Depuis 2017, le Moonbird a procédé à plus de 300 missions et estime avoir repéré "environ 20 000 personnes en détresse", avait déclaré l'ONG lors d'une interview à InfoMigrants en juillet dernier.

 

Et aussi