Source : Capture d’écran de la vidéo diffusée par le Times of Malta
Source : Capture d’écran de la vidéo diffusée par le Times of Malta

Une vidéo publiée sur le site du journal maltais Times of Malta montre les conditions de vie déplorables qui règnent sur le site militaire de Safi où des migrants affirment être détenus depuis des mois.

La vidéo diffusée par le Times of Malta fait un peu plus de trois minutes. 

Elle semble avoir été tournée secrètement avec un smartphone. Elle montre de jeunes hommes, sans t-shirt ou simplement vêtus d’un caleçon, assis serrés les uns à côté des autres sur des lits superposés. Un texte en anglais informe le spectateur que "des centaines de demandeurs d’asile" sont "enfermés dans des centres de détention", comme celui de Safi, et "souvent pendant plusieurs mois".

Le centre de détention de la caserne de Safi se trouve dans le sud de Malte, à une demi-heure de route à peine de La Valette, la capitale de la petite île d’un demi-million d’habitants.

Selon la fiche d'Amnesty International sur Malte en 2019, "des centaines de personnes réfugiées et migrantes ont été détenues de façon arbitraire dans des installations surpeuplées et dans des conditions indignes", notamment dans le centre de Safi. L'ONG précise qu'il n'y avait pas de recours possible pour contester ces détentions que "les autorités justifiaient en invoquant des questions de santé", puisque "la législation maltaise autorise, pour raisons sanitaires, la limitation de la liberté de circulation" pendant une certaine durée.

"Je deviens fou"

Les hommes que l’on voit dans la vidéo auraient tous déposé une demande d’asile. Mais les deux hommes s’adressant directement à la caméra affirment qu’ils se trouvent à Safi depuis au moins sept mois sans avoir reçu la moindre réponse. "Je deviens fou", explique l’un d’eux en dressant la liste des conditions déplorables qui règnent dans le centre.

Les journalistes ne sont pas autorités, assure le Times of Malta, et la plupart des migrants se sont vus confisquer leur téléphone. Il n’est pas clair comment il a été possible de filmer dans le centre, mais selon le journal la vidéo a été tournée récemment par "un ami de ces migrants mais qui ne vit plus dans ces baraques". Les images auraient et effet été tournées le 24 août dernier.

Une capture dcran de la vido du Times of Malta tourn dans le centre de dtention de Safi

Les hommes dénoncent un manque d’hygiène, qu’ils ne peuvent pas voir de médecin, même lorsqu’ils demandent un examen de santé. Le manque de nourriture saine, de vêtements propres et d’eau ont conduit chez beaucoup à une "détérioration de la santé mentale et physique", voire à des "tentatives de suicide".

Selon l’auteur de la vidéo, "de nombreuses nationalités sont ici, des Marocains, des Libyens, des Egyptiens et de jeunes arabes". Certains sont dans ce centre depuis trois mois, d’autres depuis six mois, sept mois et même onze mois.

L’homme derrière la caméra, qui s’exprime en arabe, affirme que malgré les demande d’asile engagées, personne n’a obtenu une réponse, une "solution" ou encore l’autorisation de retourner chez lui. En conclusion, explique-t-il, ils se retrouvent privés de leur liberté.  

"Ils nous ont emmenés ici et nous ont dit de rester là pour 14 jours de quarantaine et que l’on serait dispatchés ensuite vers d’autres endroits", raconte un homme qui semble un peu plus âgé, couché sur un matelas au sol. Il dit qu’il a été "surpris" de voir qu’on les retenait dans des baraques militaires. Il accuse les autorités de "les enfermer" et d'être "violents" avec eux.

Des conditions déplorables

L’homme explique qu’il a passé "plusieurs mois en Libye" et que chacun n’a qu’une combinaison de vêtements. Ceux que l’on voit torse nu dans la vidéo venaient de laver leur unique t-shirt et attendent que celui-ci sèche. "Il n’y a pas de toilettes et rien qui a trait à la santé ou l’hygiène".

L’homme affirme qu’on lui a pris son téléphone et qu’il ne dispose d’aucun moyen de contacter sa famille : "Personne ne nous parle ou nous donne une solution".

Des migrants attendent de pouvoir dbarquer  La Valette le 27 juillet 2020  Photo  REUTERS

"Pas d’assistance médicale"

Un autre homme raconte qu’il est arrivé à Malte par la Libye. Il est venu ici, dit-il, pour "améliorer sa situation". Il semble souffrir de démangeaisons de la peau, pour lesquelles il n’a reçu aucun soin médical ou quelque conseil que ce soit. Puis il lève sa veste pour montrer les marques sur son torse.

"J’ai proposé de volontairement retourner dans mon pays… mais ils ne me laissent pas", affirme un Marocain dans la vidéo. Il explique qu’il est arrivé à Malte il y a sept mois et que les choses se sont si mal passées pour lui qu’il a pensé "à de multiples reprises" au suicide. Ce sont, assure ce Marocain, ses amis migrants qui ne l’ont "pas laissé [se suicider]".

"Je perds la tête"

"Je perds la tête", dit-il avec tristesse en fixant le sol. "Je veux qu’il me ramènent chez mes parents". Puis il conclut en qualifiant cette situation de "la torture".

Le Times of Malta cite également dans son article un Egyptien n’apparaissant pas dans la vidéo. Il se serait comme beaucoup d’autres rendu en Libye "pour trouver du travail" avant de se retrouver "pris au piège dans un cercle de trafic d’être humain".

Un homme dans le centre de dtention de Safi prsente les irritations dont il souffre sans pouvoir voir de mdecin  Source  Capture dcran de la vido du Times of Malta

"En Libye, ils m’ont forcé à travailler ou à finir dans la rue et me faire tuer", explique l’Egyptien.

Après quatre mois de travail sans être payé et sans manger à sa faim, l’homme explique qu’il a été "mis dans un bateau avec la consigne de se diriger vers l’Italie". Autrement "ils nous auraient abattus. On n’avait pas d’argent et pas de solution, nous n’avions aucun choix".

L’homme ajoute : "J’ai de jeunes enfants et de vieux parents et je ne sais pas ce que je peux faire pour eux.  Alors que faire maintenant ?".

Le Times of Malta note que ce n’est pas la première fois que les conditions de vie dans le centre de détention die Safi font la Une. En décembre dernier, une émeute a secoué le centre. LIEN

Colère

Les détenus qui ont protesté avaient expliqué au Times of Malta que la situation dans le centre était "un cauchemar".

Le ministère maltais de l'Intérieur soutenait quant à lui que Malte faisait face "à un pression grandissante dans les centres d'accueil de migrants du pays" à cause d'une "augmentation du nombre de personnes arrivant clandestinement à Malte". Les autorités confirmaient qu'elles travaillaient "à reloger et à renvoyer autant de migrants illégaux que possible". L'autre priorité du gouvernement est de prévenir l'arrivée de migrants.

A lire également : Amnesty International dénonce les "tactiques illégales" de Malte envers les migrants

Des migrants débarquent à Senglea sur l'île de Malte, 8 juillet 2020 | Photo : Picture-alliance

La réponse du gouvernement

Selon le ministère, les migrants sont uniquement détenus dans ces centres "de façon temporaire" et que seuls les "demandeurs d'asile déboutés étaient détenus dans des centres fermés".

Reste que les hommes dans la vidéo du Times of Malta assurent ne pas avoir été informé de l'issue de leur demande d'asile.

Le gouvernement maltais se défend également des mauvaises conditions de vie dénoncées à Safi. D'après le ministère de l'Intérieur, les "besoins de nécessité" des migrants sont couverts et que ces derniers sont "suivis par un groupe de médecins et d'infirmières, par des équipes sociales et psychologiques".

Enfin, "un certain nombre de téléphones sont disponibles dans les centres" selon les autorités, qui assurent que les migrants ont "l'opportunité de passer des appels locaux et internationaux".

 

Cet article se base sur un sujet de Jessica Arena pour le Times of Malta.

Traduction et adaptation  : Marco Wolter

 

Et aussi