Des gardes-côtes libyens en novembre 2019. Crédit : France 24 / InfoMigrants (archive)
Des gardes-côtes libyens en novembre 2019. Crédit : France 24 / InfoMigrants (archive)

Selon l'OIM, au moins 24 personnes ont trouvé la mort au large de la Libye dans le naufrage de leur embarcation partie de Zaouïa dimanche. Quarante-cinq survivants ont par ailleurs été interceptés par les garde-côtes libyens et envoyés dans un centre de détention.

Au moins 24 migrants sont morts dans le naufrage de leur canot pneumatique en essayant de rejoindre l'Europe depuis les côtes libyennes, a annoncé mardi 15 septembre l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Ces migrants étaient partis dimanche soir de la ville de Zaouïa, en Libye, en même temps que deux autres embarcations. "Deux corps ont été retrouvés et très peu de survivants se sont signalés au personnel de l'OIM au point de débarquement la nuit dernière, par conséquent au moins 22 autres ont péri", a indiqué Safa Msehli, porte-parole de l'organisation.


Les garde-côtes libyens avaient intercepté deux des trois bateaux partis dimanche et avaient trouvé à bord 45 personnes. Tous sont des hommes, majoritairement originaires d'Egypte et du Maroc. Ramenés en Libye, ces survivants ont été conduits dans un centre de détention dans la capitale Tripoli, a affirmé Safa Msehli. Le troisième bateau, lui, a chaviré.

Plus de 350 morts en août

"Cette nouvelle tragédie est une nouvelle preuve qu'il est nécessaire d'augmenter les capacités de recherche et de sauvetage dans la Méditerranée. Au lieu de cela, nous assistons à des restrictions imposées aux ONG", a déploré Safa Msehli.

Des centaines de migrants trouvent la mort chaque année en tentant de traverser la Méditerranée pour fuir le chaos de la Libye et rejoindre l'Europe. En août, 45 Africains sont décédés au large de ce pays dans ce qui a constitué le pire naufrage survenu cette année. Rien que pour ce mois-là, plus de 350 migrants ont perdu la vie dans les eaux de la Méditerranée centrale, toujours selon l'OIM.

>> À (re)lire : Ibrahima, à Zouara : "J'ai vraiment peur de traverser la Méditerranée mais il faut que je sorte de Libye"

Sous le coup de restrictions, peu de navires humanitaires sont actuellement présents dans cette zone maritime. Le bateau Open Arms, qui a porté secours à 278 migrants ces derniers jours, navigue en ce moment entre l'île italienne de Lampedusa et Malte. Seul autre navire en mer, l'Alan Kurdi, de l'ONG allemande Sea-Eye, est quant à lui en route vers les eaux au large de la Libye.

 

Et aussi