Les corps de cinq Algériens ont été repêchés au large de l'Algérie (image d'archive). Crédit : Reuters
Les corps de cinq Algériens ont été repêchés au large de l'Algérie (image d'archive). Crédit : Reuters

Quatre corps de migrants algériens ont été repêchés et cinq autres ont pu être sauvés suite au naufrage d'une petite embarcation au large de l'Algérie, a annoncé jeudi l'agence de presse officielle algérienne. Les garde-côtes poursuivent leurs recherches pour retrouver d’éventuelles autres victimes.

Une embarcation de migrants algériens qui tentait de rejoindre l'Europe a chaviré au large de l'Algérie, a indiqué jeudi 17 septembre l'agence de presse officielle APS. Quatre corps ont été repêchés près des côtes de Mostaganem, au nord-est du pays, cinq personnes ont quant à elles pu être sauvées.

Les garde-côtes algériens poursuivent leurs recherches en mer pour retrouver d'éventuelles autres victimes de l'accident. Les circonstances du naufrage n'ont pas été précisées.

>> À (re)lire : Immigration clandestine : qu'est-ce qui pousse les maghrébins à reprendre la route de l'exil ?

Plus tôt jeudi, les garde-côtes avaient déjà intercepté une embarcation de fabrication artisanale à bord de laquelle se trouvaient 16 migrants, à 15 km au large de Mostaganem, a ajouté l'agence algérienne. Ils doivent comparaître devant la justice pour "tentative de quitter en mer le territoire national de manière illégale".

En Algérie, une loi votée en 2009 punit jusqu'à six mois de prison toute tentative de quitter le territoire national clandestinement. Elle punit également les passeurs moyennant des peines pouvant aller jusqu'à 20 ans d'emprisonnement.

>> À (re)lire : Les Algériens, toujours plus nombreux à arriver en Espagne

Malgré cette loi, des Algériens sont de plus en plus nombreux à tenter de rejoindre l'Europe, le plus souvent via l'Espagne, en traversant la Méditerranée, au péril de leur vie. Cette année, les Algériens représentent même la première nationalité des arrivées illégales en Andalousie. Un tel phénomène se s'était pas produit depuis 2016.

Un rapport de la commission européenne montre par ailleurs que les Algériens empruntent de moins en moins la voie marocaine pour rejoindre l'Espagne par la mer, comme c'était le cas depuis des années. Ces candidats à l'exil, également appelés "harragas", partent désormais directement des plages algériennes.

 

Et aussi