Un homme portant un masque et une combinaison de protection contre le coronavirus sort du camp de Malakasa, au nord d'Athènes, le 5 avril 2020 (Image d'illustration). Crédit : Reuters
Un homme portant un masque et une combinaison de protection contre le coronavirus sort du camp de Malakasa, au nord d'Athènes, le 5 avril 2020 (Image d'illustration). Crédit : Reuters

Un homme originaire d’Afghanistan et âgé de 61 ans est mort dimanche du coronavirus en Grèce. Ce demandeur d’asile, père de deux enfants, résidait dans le camp de Malakasa, au nord d’Athènes. Il s’agit du premier décès d’une personne migrante en Grèce depuis l’apparition de l’épidémie.

Les autorités grecques ont annoncé dimanche 27 septembre la mort de la première personne migrante du coronavirus. Il s’agit d’un homme originaire d’Afghanistan, âgé de 61 ans, qui résidait dans le camp de Malakasa, au nord d’Athènes.

Ce demandeur d’asile, père de deux enfants, est décédé à l’hôpital d’Athènes où il avait été admis.

>> À (re)lire : Plus de 240 exilés positifs au Covid dans le camp provisoire de Lesbos

L'annonce de la mort de cette personne a déclenché des manifestations dans le camp dimanche, rapporte lundi l'ONG grecque Refugee Support Aegean (RSA), citant le site d'actualité efsyn.gr.

"Des membres de la famille et un groupe de réfugiés ont bloqué un côté de la route nationale, à l'extérieur de la structure, protestant contre [l]a mort [du demandeur d'asile] et l'absence de mesures de base pour protéger les résidents du camp", détaille le média en ligne.

De nombreux centres d'accueil de migrants ont été placés en confinement ou ont limité les déplacements autorisés dans le but d'endiguer la propagation du virus.

Au moins quelque 110 000 personnes vivent actuellement dans ces centres.

Sur l'île de Lesbos, après le récent incendie du camp de Moria, plus de 240 demandeurs d'asile ont été testés positifs dans le camp provisoire où ils ont été transférés.

 

Et aussi