Plus d'une centaines de personnes ont été secourues par les autorités françaises mercredi 2 septembre 2020 alors qu'elles tentaient de traverser la Manche. Image d'illustration. Crédit : Twitter @premarmanche
Plus d'une centaines de personnes ont été secourues par les autorités françaises mercredi 2 septembre 2020 alors qu'elles tentaient de traverser la Manche. Image d'illustration. Crédit : Twitter @premarmanche

L'unité européenne de coopération judiciaire Eurojust a annoncé mercredi que douze personnes avaient été arrêtées dans le cadre d’une opération policière impliquant plusieurs pays d'Europe. Elles sont suspectées d'appartenir à un réseau criminel qui transportait des migrants à travers la Manche.

Une opération policière de plusieurs jours et impliquant plusieurs pays européens a permis l'arrestation de 12 personnes suspectées d'appartenir à un réseau criminel qui transportait des migrants à travers la Manche, a annoncé mercredi 30 octobre Eurojust.

L’unité européenne de coopération judiciaire, qui siège à La Haye, a précisé dans un communiqué que sept personnes avaient été arrêtées en France, trois au Royaume-Uni et deux aux Pays-Bas. Elle n’a pas précisé combien de migrants avaient été impliqués dans le trafic.

>> À lire : "D’ici l'Angleterre semble toute proche mais quand on est en mer, c'est terrifiant"

Le réseau criminel est suspecté d'avoir réalisé "d'énormes profits" grâce au trafic de migrants, en facturant en moyenne 3 000 euros par personne pour la traversée.

La police a notamment saisi dix canots pneumatiques et à moteur, des véhicules, plus de 150 gilets de sauvetage et environ 48.000 euros en espèces.

Hausse des traversées depuis janvier

Selon Eurojust, le réseau était principalement constitué de ressortissants iraniens vivant en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni.

Depuis janvier 2020, le nombre de tentatives de traversées de la Manche depuis les côtes françaises autour de Calais a explosé. Cette hausse s’explique par le ralentissement du fret de camions dans le tunnel sous la Manche, donnant moins d’opportunité aux migrants de passer par cette voie. Mais, selon les associations, l’amélioration des techniques des passeurs pourrait aussi expliquer le phénomène.

Mardi, à Calais, les forces de l'ordre françaises ont procédé au démantèlement d'un campement de migrants, où vivaient environ 800 personnes, la plus importante opération de ce type depuis l'évacuation de la "Jungle" en 2016.

 

Et aussi