La gare de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales. Crédit : Wikimedia Commons
La gare de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales. Crédit : Wikimedia Commons

Une trentaine de migrants ont été interceptés dans des gares et des trains circulant entre les Pyrénées-Orientales et l’Hérault, régions proches de la frontière avec l'Espagne, les 24 et 28 septembre, rapporte un média local. Vingt-trois d'entre eux ont été reconduits à la frontière.

En l'espace de quelques jours, 31 exilés ainsi qu'un passeur et un trafiquant de migrants ont été interceptés sur le réseau ferroviaire entre les Pyrénées-Orientales et l’Hérault, selon des informations de France 3 Occitanie.

Vingt-trois de ces personnes venaient d’Espagne et ont été reconduites à la frontière, affirme encore ce média. Les autres ont reçu l’obligation de quitter le territoire par leurs propres moyens.

D'après la même source, ces interpellations ont été menées suite à des contrôles les 24 et 28 septembre dans les gares de Perpignan, de Narbonne, Cerbère, Carcassonne mais aussi à bord des trains.

Ces opérations sont d’une envergure rare, ont expliqué les services en charge - la police aux frontières de Perpignan, brigade des chemins de fers de la police aux frontières de Montpellier et les directions départementales de sécurité publique des Pyrénées-Orientales et de l’Aude. "On sait que le train est un vecteur particulièrement sensible, mais ce type d'opérations reste quand même assez rare", ont-ils commenté, rapporte France 3 Occitanie.

Ces derniers mois l'Espagne a procédé à plusieurs opérations de démantèlements de réseaux de passeurs. Fin août, la police espagnole avait annoncé avoir démantelé deux réseaux de passeurs qui opéraient entre l'Espagne et la France. Ces organisations auraient permis le passage de plusieurs centaines de migrants africains vers l'Hexagone.

 

Et aussi