Un migrant secouru par les garde-côtes espagnols au large des îles Canaries, en 2019 (photo d'archives). Crédit : Reuters
Un migrant secouru par les garde-côtes espagnols au large des îles Canaries, en 2019 (photo d'archives). Crédit : Reuters

Quelque 186 migrants à bord de deux pirogues ont été interceptés par la marine sénégalaise dans la nuit de mardi à mercredi, a annoncé la Direction des relations publiques des armées (Dirpa). Ils étaient en partance pour l'archipel des Canaries.

La marine sénégalaise a intercepté 186 migrants, dont des femmes et des mineurs, qui tentaient de se rendre en Espagne à bord de deux pirogues, a annoncé jeudi 8 octobre la Direction des relations publiques des armées (Dirpa). 

La première pirogue transportait 56 personnes "qui seraient toutes de nationalité sénégalaise", indique la Dirpa. La seconde transportait 130 personnes, dont certaines seraient Gambiennes.

>> À (re)lire : Augmentation des arrivées aux Canaries : "Sécuriser les côtes ne résout pas le problème, les passeurs s'adaptent"

L'interception a été réalisée dans la nuit de mardi à mercredi par un patrouilleur de la marine au large de Mbour, au sud-est de Dakar, a précisé la Dirpa dans un communiqué. Une vedette de la Guardia civil espagnole participait à l'opération "dans le cadre du dispositif Frontex" (agence européenne de contrôle des frontières).

La route migratoire des Canaries, archipel espagnol de l'Océan atlantique, empruntée par des dizaines de milliers de migrants dans la seconde moitié des années 2000, est redevenue très active depuis un an, à mesure que les contrôles se durcissaient en Méditerranée.

>> À (re)lire : Canaries : record d'arrivées de migrants au mois de septembre

L'instabilité en Libye et l'importante présence policière dans le nord du Maroc ont poussé de nombreux migrants à changer de route et à tenter leur chance depuis les côtes ouest-marocaines, mauritaniennes ou sénégalaises.

Résultat : les arrivées aux Canaries ont atteint en septembre un niveau inédit depuis 2008, malgré les dangers de cette route. Entre le 1er janvier et le 17 septembre, 251 personnes sont mortes durant ce périple, contre 210 pour l'ensemble de l'année 2019, selon l'Organisation internationale des migrations (OIM).

 

Et aussi