Des policiers surveillent le respect des mesures sanitaires à Lille. Crédits : Reuters (Archives)
Des policiers surveillent le respect des mesures sanitaires à Lille. Crédits : Reuters (Archives)

À partir de vendredi 16 octobre à minuit, et pour quatre semaines, les autorités françaises interdiront les déplacements hors du domicile de 21 heures à 6 heures du matin dans la région de Paris et dans huit grandes villes sous peine d'amendes, pour enrayer la diffusion du Covid-19.

Face à la hausse du nombre de malades du coronavirus en France, le président Emmanuel Macron a décrété un couvre-feu de 21 heures à 6 heures du matin dans plusieurs villes dont Paris et dans sa région. Celui-ci prendra effet à partir de vendredi 16 octobre à minuit pendant quatre semaines. Il pourra être reconduit jusqu’au 1er décembre en fonction de la situation sanitaire. En plus de l’Ile-de-France, les métropoles de Lille, Grenoble, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Toulouse et Saint-Etienne sont concernées.

Que signifie un couvre-feu ?

Concrètement, à partir de 21 heures, il sera interdit de circuler dans les zone concernées, ce qui veut dire marcher dans la rue, se promener, se rendre chez des amis ou prendre la voiture ou les transports.

Que risque-t-on si on ne respecte pas le couvre-feu ?

C’est la police et les gendarmes qui se chargeront de contrôler le respect du couvre-feu. En cas de non-respect, les contrevenants seront punis d'une amende de 135 euros, montant qui sera porté à 3750 euros en cas de double récidive et six mois d'emprisonnement.

Pourquoi une telle mesure ? 

Le but de cette mesure est d’empêcher l'augmentation des contaminations au Covid-19 et une “deuxième vague” de coronavirus, qui entraînerait une saturation des services de réanimation des hôpitaux français. 

Le couvre-feu vise notamment à limiter les fêtes privées, les dîners à la maison ou au restaurant, tous ces moments de convivialité durant lesquels certaines personnes retirent leurs masques, ne respectent pas les mesures de distanciation sociale et risquent de ce fait de propager le virus ou d’être contaminés.

Le président a d'ailleurs demandé sur tout le territoire français de ne pas se réunir à plus de six personnes à la fois. Les mariages, les soirées étudiantes, les grandes fêtes sont interdites dans l’ensemble de la France.

Est-ce que tout le monde est concerné ? Y a-t-il des exceptions ?

Les personnes qui travaillent de nuit ou finissent tard pourront toujours se rendre sur leur lieu de travail mais doivent présenter un justificatif de l’employeur précisant les horaires de travail ou une carte professionnelle, comme pour les soignants ou les journalistes, en cas de contrôle par la police. Les transports en commun continueront de circuler pour leur permettre d’aller au travail ou de rentrer chez eux.

D’autres exceptions sont possibles en cas de motif familial impérieux (blessure d’un proche, aide à une personne fragile, maison en péril, naissance, décès…) ou d'une urgence médicale, par exemple. 

>> À lire : Précaires et migrants infectés par le Covid : "Les mises à l'abri en gymnases et en hôtels ont créé des clusters"

En cas de contrôle il faudra présenter une attestation qui sera disponible à partir du vendredi 14 octobre sur le site du ministère de l’Intérieur et celui du gouvernement. Il sera possible de la présenter sous format électronique sur son téléphone ou sous format papier en la recopiant sur une feuille et en la signant à la main.

Les malades ayant besoin de se rendre chez un médecin, dans un hôpital ou à la pharmacie pourront donc circuler dans les zones concernées par le couvre-feu, mais munis de cette fameuse attestation.

Les passagers qui doivent prendre un train ou un avion, même pour des raisons personnelles, peuvent circuler au delà de 21 heures pour se rendre à l’aéroport ou à la gare, sur présentation de leurs billets en cas de contrôle de police.

 

Et aussi