La frontière entre la Turquie et la Grèce est composée de kilomètres de barbelés pour empêcher les migrants de la traverser. Crédit : picture-alliance/dpa
La frontière entre la Turquie et la Grèce est composée de kilomètres de barbelés pour empêcher les migrants de la traverser. Crédit : picture-alliance/dpa

Des travaux ont commencé pour renforcer la frontière entre la Turquie et la Grèce, a révélé jeudi le quotidien grec Kathimerini. Cette initiative, annoncée en août par Athènes, vise à empêcher un nouvel afflux de migrants en Grèce, comme celui survenu en mars dernier.

C'est la concrétisation d'un projet cher au gouvernement grec. Athènes a commencé à construire une nouvelle clôture le long de sa frontière avec la Turquie pour bloquer l'arrivée de migrants sur son sol, a rapporté jeudi 15 octobre le quotidien grec Kathimerini.

Les travaux ont débuté dans le village de Phères, situé au sud de la frontière gréco-turque, dans le district d'Evros.

Le projet a coûté 62,9 millions d'euros et a été entrepris par un consortium de quatre entreprises de construction, précise le journal. Une somme conforme à celle présentée en février, lors de l'annonce du projet par le gouvernement grec.

La clôture mesurera au total 27 kilomètres et huit postes d'observation situés en hauteur seront construits et utilisés par l'armée grecque.

Un garde-corps plus haut

La barrière actuelle, qui avait été endommagée en 2015, sera aussi renforcée grâce à un garde-corps en acier qui mesurera 4,3 mètres de haut, soit près d'un mètre supplémentaire. Installée en 2012, elle est composée de ciment et de fils barbelés.

Le Premier ministre conservateur Kyriakos Mitsotakis se rendra au cours du week-end à Evros pour constater l'avancée des travaux.

>> À (re)lire : Vidéo-témoignage : "Les garde-côtes grecs ont repoussé notre bateau vers la Turquie"

Après l'arrivée massive de migrants en Grèce en février et mars, Athènes avait annoncé en août qu'elle étendrait la barrière de ciment et de barbelés située à sa frontière avec la Turquie. L’objectif est d’empêcher les migrants de pénétrer dans le pays.

En mars, des dizaines de milliers de personnes avaient tenté de traverser cette frontière après son ouverture côté turc. La Grèce avait alors suspendu l'asile et avait forcé ces migrants à rejoindre des no man's land situés à la frontière.

 

Et aussi