Aisha, 28 ans, est sur le point de rentrer au Nigeria sur un vol affrété par un programme de retour humanitaire depuis la Libye. Crédit : Mohamed Hmouzi/IOM
Aisha, 28 ans, est sur le point de rentrer au Nigeria sur un vol affrété par un programme de retour humanitaire depuis la Libye. Crédit : Mohamed Hmouzi/IOM

Seize familles et 15 jeunes ont été évacués samedi de Libye vers le Niger à bord d’un avion affrété par le HCR. Ce vol humanitaire est le premier après une interruption de sept mois en raison de la pandémie de coronavirus. Par mesure de sécurité, les 153 passagers observeront une période de quarantaine à leur arrivée.

Le HCR, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés, a évacué dans la nuit du vendredi au samedi 17 octobre, un groupe de 153 réfugiés et demandeurs d’asile qui résidaient en Libye. Constitué de 16 familles, originaires de Somalie, d’Érythrée, du Soudan et du Soudan du Sud, le groupe compte aussi 15 enfants de moins de 18 ans. 

Après sept mois de suspension, cette reprise des évacuations est un soulagement pour l'ONU. "Les vols humanitaires (avaient) dû être interrompus en mars en raison des préoccupations de santé publique liées à la pandémie de coronavirus, qui ont entraîné la suspension du trafic aérien dans de nombreux pays", rappelle le HCR dans un communiqué.

Toutes les personnes évacuées ont été envoyées au Niger, dans le centre de transit du Haut-commissariat aux réfugiés. Les passagers avaient tous été testés négatif au coronavirus. Par mesure de sécurité, ils observeront une période de quarantaine de deux semaines avant d'être à nouveau testés.

Au terme de leur passage au Niger, les réfugiés et demandeurs d’asile devraient bénéficier du programme de réinstallation et être envoyés en Europe.

>> A (re)lire : l’ONU reprend les réinstallations de réfugiés dans un pays tiers

Le HCR demande plus que jamais à l’Union européenne de faire davantage pour les populations vulnérables bloquées en Libye, notamment d’augmenter leur quota de places d’accueil. L’accès aux soins au Niger combiné à la quarantaine permet, selon l’ONU, de rendre les transferts sûrs.

"La reprise des évacuations aériennes est particulièrement importante maintenant, étant donné la situation volatile en Libye et la propagation rapide du coronavirus", peut-on encore lire dans le communiqué. "Avec l’impact sanitaire et socio-économique de la pandémie, les réfugiés et les demandeurs d’asile ont de plus en plus de mal à subvenir à leurs besoins et à ceux de leur famille."

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), la Libye enregistre actuellement 46 000 cas confirmés de Covid-19.

 

Et aussi

Webpack App