Les Canaries connaissent une nette augmentation des arrivées de migrants. Crédit : Reuters
Les Canaries connaissent une nette augmentation des arrivées de migrants. Crédit : Reuters

En sept jours, 2 602 migrants sont arrivés aux Canaries. Un chiffre qui égale presque les 2 698 débarquements comptabilisés pour l'ensemble de l'année 2019. Cette nette augmentation des arrivées a provoqué la saturation du système d'accueil de l'archipel espagnol.

Nouveau record sur les îles Canaries. L’archipel espagnol situé au large de l’Afrique de l’ouest connaît une recrudescence des arrivées de migrants depuis le début de l’année. En seulement une semaine, 2 602 personnes ont débarqué sur le sol canarien, selon un décompte effectué par l’agence de presse espagnole Efe à partir des données fournies quotidiennement par les services de secours. Un chiffre qui égale presque les 2 698 arrivées comptabilisées sur l’ensemble de l’année 2019.

Ce rythme de débarquements de migrants est "plus ou moins" équivalent à celui des moments les plus chauds de 2006, année où plus de 30 000 personnes sont arrivées aux Canaries, affirme un porte-parole de la Croix-Rouge.

>> À (re)lire : Augmentation des arrivées aux Canaries : "Sécuriser les côtes ne résout pas le problème, les passeurs s'adaptent"

Face à cet afflux important, les autorités espagnoles sont débordées. Plus de 1 300 migrants ont ainsi été contraints de dormir au port d’Arguineguin, sur l’île de Grande Canarie, dans la nuit de mercredi à jeudi 22 octobre. Environ un tiers d’entre eux ont même dormi en plein air, les 12 tentes de la Croix-Rouge installées à quai ne pouvant accueillir plus de monde.

Ces installations de la Croix-Rouge avaient au départ été mises en place de manière temporaire. Mais les arrivées sont si nombreuses que le dispositif n’est plus démonté régulièrement, comme ce fut encore le cas il y a quelques mois.

Cet engorgement au port d’Arguineguin est la conséquence directe de la saturation des centres d’accueil de l’archipel, malgré l’augmentation du nombre de places. En octobre 2019, on comptait 89 places contre 3 000 aujourd’hui, notamment avec l’ouverture de complexes touristiques.

 

Et aussi