Des pirogues sont alignées en bord de mer, à Dakar, au Sénégal. Image d'illustration. Crédit : RFI/Ndiassé SAMBE
Des pirogues sont alignées en bord de mer, à Dakar, au Sénégal. Image d'illustration. Crédit : RFI/Ndiassé SAMBE

Le moteur d'une embarcation en partance pour l'Espagne avec quelque 200 migrants à son bord a explosé vendredi au large du Sénégal. Selon le président sénégalais, plus d'"une dizaine de jeunes" sont morts dans l'accident. Mais le nombre de victimes pourrait être plus important.

C’est un drame de plus sur la dangereuse route des Canaries. "Plus d'une dizaine de jeunes" migrants ont disparu en mer, au large du Sénégal, à environ 80 km de M'bour (sud de Dakar), a déclaré dimanche 25 octobre le président Macky Sall sur son compte Twitter.

Le bilan pourrait être bien plus important car la pirogue comptait quelque 200 jeunes candidats à l'exil, la plupart étaient originaires du même quartier de la ville de Saint-Louis et de M'bour, d'après les premiers éléments de l'enquête.

Le média sénégalais Sud Quotidien avance ainsi le chiffre d'"une vingtaine" de jeunes "ayant péri dans l’incendie de la pirogue".

>> À (re)lire : Au Sénégal, les pêcheurs et les jeunes frappés par la crise se tournent vers les îles Canaries

Un incendie à bord de l'embarcation s'est déclaré vendredi en raison de l'explosion du moteur endommagé, qui a provoqué la panique des passagers. Sur une vidéo postée dimanche sur Twitter par un journaliste espagnol indépendant basé aux Canaries, il était possible de voir le gigantesque nuage de fumée noire causé par l'explosion ainsi que le sauvetage de plusieurs rescapés qui ont réussi à s'éloigner à la nage.

Les médias espagnols affirment qu'un patrouilleur espagnol présent à proximité a secouru les premiers survivants. Plus tard, deux navires de l'armée sénégalaise sont arrivés sur les lieux et ont pris en charge 51 rescapés, puis les ont transférés au port de Dakar.

"D’autres auraient été récupérés par des pêcheurs mais il est encore impossible de définir le nombre exact de survivants", souligne de son côté RFI. Les recherches de la Marine nationale se poursuivent mais, pour le moment, aucun corps n’a été retrouvé.

"En cette douloureuse circonstance, je présente, au nom de la Nation et au mien propre, mes condoléances émues aux familles éplorées", a encore dit sur Twitter le président du Sénégal.

D'après un communiqué de la Direction de l'information et des relations publiques de la marine sénégalaise, un autre canot a quitté le pays vendredi 23 octobre. Cent onze migrants ont été interceptés près de Dakar et ramenés au Sénégal.

Au cours des deux derniers mois, les autorités sénégalaises ont arrêté au moins une dizaine de bateaux qui se dirigeaient vers les Canaries, confirmant une recrudescence des départs depuis l'ouest de l'Afrique vers l'archipel espagnol.

>> À (re)lire : Augmentation des arrivées aux Canaries : "Sécuriser les côtes ne résout pas le problème, les passeurs s'adaptent"

Le 22 octobre dernier, l’agence de presse espagnole EFE avait totalisé, à partir des données fournies par les services de secours, 2 602 personnes arrivées en seulement une semaine. Un chiffre qui égale presque les 2 698 arrivées comptabilisées sur l’ensemble de l’année 2019.

Selon le ministère espagnol de l'Intérieur, 6 081 migrants sont arrivés aux Canaries entre le 1er janvier et le 30 septembre, soit six fois plus que pour la même période de 2019.

 

Et aussi