Plusieurs personnes sont portées disparues après un naufrage dans la Manche. Crédit : Reuters
Plusieurs personnes sont portées disparues après un naufrage dans la Manche. Crédit : Reuters

Les quatre personnes décédées dans un naufrage mardi, dans la Manche, sont un couple kurde iranien et deux de leurs enfants, âgés de neuf et six ans, selon le frère du père de famille cité par la BBC. Un autre enfant du couple, un bébé de 15 mois, est porté disparu.

Les quatre personnes décédées dans un naufrage mardi dans la Manche appartenaient à la même famille, selon des informations de la BBC

D'après le frère du père de famille, cité par le média britannique, il s'agissait d'un couple kurde iranien, Rasoul Iran-Nejad et Shiva Mohammad Panahi, tous deux âgés de 35 ans, et de deux de leurs enfants, Anita et Armin, âgés de neuf et six ans. La famille était originaire de Sardasht, dans l'ouest de l'Iran, près de la frontière avec l'Irak, selon leur oncle Ali.

Un troisième enfant du couple, Artin, 15 mois, décrit comme "un bébé très heureux", est porté disparu. "Certains disent qu'il est vivant, d'autres qu'il est mort", a déclaré son oncle à la BBC. "Notre famille ici est désespérée. Mon père, ma mère et mes sœurs pleurent toutes leurs larmes", a-t-il ajouté, expliquant que la famille avait "payé beaucoup d'argent" pour rejoindre le Royaume-Uni.

>> À (re)lire : Naufrage dans la Manche : plus aucune chance de retrouver des survivants

Le procureur de Dunkerque (nord de la France), qui dirige l'enquête, avait auparavant indiqué que, selon des témoignages, les victimes décédées "pourraient appartenir à une même famille". "[Certaines déclarations évoquaient] 22 personnes à bord au total, ce qui signifierait que trois personnes sont toujours manquantes, dont un enfant en bas âge", qui pourrait être le "troisième enfant de la famille décédée", a-t-il déclaré.

Une famille "magnifique" et "chaleureuse"

Affirmant avoir rencontré les victimes dans un campement dans la région de Dunkerque, Choman Manish, Kurde d'Irak de 37 ans, a décrit à la chaîne britannique Sky News une famille "magnifique" et "chaleureuse".

"Je leur avais conseillé : s'il vous plaît, n'y allez pas en bateau", a-t-il raconté. "Je leur ai dit plusieurs fois, mais ils ne m'ont pas écouté... Ils ont placé leur confiance en Dieu, ils pensaient que Dieu les protégerait."

>> À (re)lire : "D’ici l’Angleterre semble toute proche mais quand on est en mer, c’est terrifiant"

"Tout le monde est vraiment triste", dans le campement où il se trouve depuis quatre mois, avec 500 autres migrants, a poursuivi Choman Manish. "On est désolés d'entendre ça, mais qu'est-ce qu'on peut faire ?"

Suite à ce naufrage, 14 des 15 rescapés ont pu être entendus, le quinzième faisant toujours l'objet de soins.

La mort des quatre membres de cette famille kurde d'Iran est le pire drame migratoire survenu dans La Manche. Cette tragédie porte à sept le nombre de migrants morts dans cet espace maritime en 2020. Entre le 1er janvier et le 31 août, 6 200 migrants y ont tenté leur chance, selon les chiffres officiels. Face à cet afflux record, le gouvernement britannique a promis de durcir sa politique migratoire et de remodeler son système de demande d'asile.

Sur Twitter, le Premier ministre britannique Boris Johnson a déclaré que le Royaume-uni ferait "tout" ce qu'il pourrait contre les "gangs criminels sans pitié qui font de gens vulnérables leurs proies en facilitant ces dangereux voyages".

 

Et aussi