Un second confinement est entré en vigueur en France, vendredi 30 octobre. Crédit : Reuters
Un second confinement est entré en vigueur en France, vendredi 30 octobre. Crédit : Reuters

La France se reconfine pour au moins un mois à partir de vendredi 30 octobre pour lutter contre la propagation du Covid-19. Comme la première fois, la population est appelée à rester chez elle. InfoMigrants fait le point.

À partir de ce vendredi 30 octobre, et jusqu'au 1er décembre au moins, la France se reconfine. Le Premier ministre Jean Castex a insisté sur le fait qu'il n'existait pas "d'autre solution" pour tenter d'endiguer l'épidémie de Covid-19.

Les autorités redoutent en effet un pic d'hospitalisations en novembre "plus élevé qu'en avril". À la date du 29 octobre, le bilan avait dépassé les 36 000 morts dont 250 sur les 24 dernières heures.

Cette décision concerne l'ensemble des personnes se trouvant sur le territoire métropolitain. En Outre-mer, le confinement n'est appliqué qu'en Martinique.

InfoMigrants fait le point sur les principales mesures qui entrent en vigueur.

  • Déplacements limités à l'extérieur du domicile

La population est appelée à rester chez elle.

Les déplacements à l'extérieur sont à limiter au maximum. Le télétravail est privilégié même si se rendre sur son lieu de travail est toujours permis. Les services de transport en commun restent ouverts.

Quitter son domicile est autorisé pour les raisons suivantes :

-faire des courses essentielles (supermarchés, supérettes, pharmacies...)

-se rendre chez un médecin ou professionnel de santé

-se présenter à une convocation judiciaire ou administrative

-participer à des missions d’intérêt général

-faire de l'exercice ou promener son animal dans la limite d'une heure maximum et dans un rayon d'un kilomètre du domicile

-pour des motifs familiaux impérieux.

Ces déplacements doivent être justifiés par une attestation qui peut être téléchargée sur le site du ministère de l'Intérieur. Des "attestations permanentes" seront par ailleurs délivrées par les entreprises et les écoles.

Les voyages à l'intérieur et à l'extérieur du territoire sont interdits (sauf dérogations).

Le non respect du confinement est passible d'une amende de 135 euros.

  • Fermeture des établissements et commerces jugés non-essentiels

Comme lors du premier confinement, les commerces autres que de première nécessité ne sont pas autorisés à ouvrir. Les bars et restaurants, les salles polyvalentes et salles de conférence, les salles de spectacle et cinémas, les salles de sport, les parcs d’attractions sont fermés. Les salons, foires et expositions, interdits.

  • Contrairement au premier confinement, les guichets des services publics et les écoles restent ouverts

Les guichets des services publics et les marchés alimentaires restent ouverts, sauf si le préfet en décide autrement.

Même chose pour les établissements scolaires : crèches, écoles, collèges, lycées restent ouverts. Le port du masque est étendu aux élèves de primaire, à partir de six ans.

À l’université, les cours en ligne seront privilégiés.

  • Les lieux de culte ouverts mais sans cérémonies religieuses

Les lieux de culte restent ouverts, mais les cérémonies religieuses sont proscrites.

Les enterrements peuvent être organisés à condition de respecter une limite à 30 personnes, et de six personnes pour les mariages. 

Les autorités feront le point tous les 15 jours sur l'évolution de l'épidémie pour voir si les mesures doivent être renforcées ou allégées.

 

Et aussi