Sauvetage d'une embarcation de migrants au large de Calais le 14 juillet 2020. Image d'illustration. Crédit : Préfecture maritime de la Manche
Sauvetage d'une embarcation de migrants au large de Calais le 14 juillet 2020. Image d'illustration. Crédit : Préfecture maritime de la Manche

Le bilan du naufrage survenu mardi dans la Manche s’est alourdi. Après le décès de quatre personnes, le parquet de Dunkerque a annoncé la disparition de trois autres migrants : un bébé et deux hommes.

C’est d’ores et déjà le pire drame migratoire survenu dans la Manche. Le bilan du naufrage survenu mardi 27 octobre s’est encore alourdi. Jeudi, le parquet de Dunkerque a annoncé que deux nouveaux passagers étaient portés disparus. Un bébé de 15 mois manque aussi à l'appel.

Trois jours après le naufrage, il n'y a plus aucun espoir de retrouver ces trois personnes vivantes.

Le drame fait donc grimper le bilan à 7 morts. Une famille entière est morte : un homme de 35 ans, sa femme de 32 ans et leur trois enfants. Tous étaient originaires de Sardasht, dans l'ouest de l'Iran, a indiqué à l'AFP le procureur Sébastien Piève, confirmant des témoignages de proches relayés mercredi par la BBC.

Les corps des deux plus grands, une fille de 8 ans et un garçon de 6 ans, ont été retrouvés mardi. La disparition du troisième enfant, le bébé de 15 mois, avait été signalée dès le jour du naufrage par de premiers témoignages de passagers. Selon le procureur, les victimes ont été piégées dans le cockpit du bateau quand il a chaviré et coulé.

L'enquête en cours a aussi permis de confirmer que deux autres passagers, deux hommes dont l'identité n'a pas pu être établie, ont disparu en mer dans le naufrage. Le bateau convoyait pour l'essentiel des Kurdes iraniens et irakiens. 

"Notre famille ici est désespérée. Mon père, ma mère et mes soeurs pleurent toutes leurs larmes", a témoigné mercredi sur la BBC le frère du père de famille décédé. La famille avait "payé beaucoup d'argent" pour rejoindre le Royaume-Uni, a-t-il affirmé.

Le conducteur du navire identifié

Vendredi, un ressortissant Iranien a été déféré devant un juge d'instruction en vue de sa mise en examen pour homicides involontaires aggravés.

Cet homme, né en Iran en 1983, "a été identifié comme le conducteur du navire", a indiqué à l'AFP le procureur Sébastien Piève.

Quatorze des 15 rescapés étaient toujours entendus jeudi en garde à vue. "Parallèlement des opérations sont menées pour identifier les passeurs", à terre, a affirmé le procureur de Dunkerque.

Depuis le début de l'année, neuf migrants sont morts dans la Manche. Entre le 1er janvier et le 31 août, 6 200 personnes ont tenté de rejoindre l'Angleterre via cette voie maritime, selon les chiffres officiels. Face à cet afflux record, le gouvernement britannique a promis de durcir sa politique migratoire et de remodeler son système de demande d'asile.

 

Et aussi