Le président Emmanuel Macron lors de son déplacement à la frontière franco-espagnole, le 5 novembre. Crédit : Reuters
Le président Emmanuel Macron lors de son déplacement à la frontière franco-espagnole, le 5 novembre. Crédit : Reuters

Contrôles à bord de trains, surveillance des chemins escarpés, doublement des effectifs : à la frontière franco-espagnole, les forces de l'ordre françaises redoublent de vigilance pour lutter contre l'immigration illégale.

Alors que l'Espagne est sous le coup d'une forte pression migratoire, avec des arrivées en hausse sur les îles des Canaries et en Andalousie, les autorités françaises serrent la vis à la frontière franco-espagnole. 

Dans la région andalouse, l'une des principales portes d'entrée vers la France où quatre passeurs ont été arrêtés le mois dernier, les contrôles de police se sont récemment renforcés : les trains reliant les deux pays, et même les petits chemins, sont davantage scrutés, a constaté l'AFP.

>> A (re)lire : Pyrénées-Orientales : 31 migrants, pour la plupart venus d'Espagne, interceptés sur le réseau ferroviaire

Ainsi, en gare de Perpignan, dans les Pyrénées-Orientales, les contrôles à bord des trains sont systématiques et les trains régionaux qui arrivent en gare de Cerbère sont quant à eux contrôlés jour et nuit. 

Suite à l'attentat de Nice, perpétré le 29 octobre par un migrant tunisien, le président Emmanuel Macron a entrepris de renforcer la lutte contre l'immigration illégale. Le 5 novembre, il s'est rendu à cette frontière et a annoncé un renforcement des contrôles grâce à un doublement des effectifs, qui impliquent désormais des militaires de l'opération Sentinelle.

Plus de 11 000 interpellations

Les interpellations d'étrangers en situation irrégulière sont en hausse dans cette zone depuis le début de l'année.

"Par rapport à 2019, on a constaté une hausse de 25 % des interpellations sur les trois premiers mois de l'année et une augmentation de 50 % entre juillet et septembre après le premier confinement", explique Yannick Garden, commandant de la police aux frontières (PAF) des Pyrénées-Orientales, cité par l'AFP.

Depuis janvier, les forces de l'ordre ont procédé à plus de 11 000 interpellations, comptant notamment les refus d'entrées et les réadmissions à la frontière, poursuit-il. 

De son côté, l'Espagne a procédé ces derniers mois à plusieurs opérations de démantèlements de réseaux de passeurs

Outre le renforcement de la surveillance des frontières, le chef de l'Etat a par ailleurs annoncé vouloir changer "en profondeur" les règles de l'espace Schengen, qui permettent depuis 1995 la libre circulation dans 22 pays de l'Union européenne plus l'Islande, la Suisse, la Norvège et le Liechtenstein.

 

Et aussi