Dans le carré musulman du cimetière nord de Calais, plusieurs sépultures ne sont identifiées que par un numéro. Crédit : François-Damien Bourgery
Dans le carré musulman du cimetière nord de Calais, plusieurs sépultures ne sont identifiées que par un numéro. Crédit : François-Damien Bourgery

Depuis janvier 2020, alors que les traversées par la mer se multiplient, onze migrants sont morts ou portés disparus dans le nord de la France en voulant rejoindre l’Angleterre. À Calais et Grande-Synthe, une équipe de bénévoles œuvre pour identifier les exilés décédés et organiser leurs obsèques.

Il y a, au milieu du cimetière nord de Calais, un carré de tombes nues. Ce sont de tristes monticules de terre sablonneuse avec en guise de stèles de simples écriteaux en bois où sont inscrits les nom, prénom et dates du défunt. Certains ne comportent qu’un nom et une date, d’autres seulement un nom. D’autres encore, rien qu’un numéro.

C’est ici que repose Behzad Bagheri-Parvin, né en 1988 en Iran et retrouvé mort le 18 octobre 2020 sur la plage de Sangatte (Pas-de-Calais) après avoir tenté de rejoindre l’Angleterre en canot.

La tombe de Behzad Bagheri-Parvin, retrouvé mort sur la plage de Sangatte le 18 octobre dernier. Crédit : François-Damien Bourgery
La tombe de Behzad Bagheri-Parvin, retrouvé mort sur la plage de Sangatte le 18 octobre dernier. Crédit : François-Damien Bourgery


Mais ce dimanche 18 octobre, lorsque la presse locale titre sur son décès, il n’est encore qu’un migrant "d’apparence iranienne âgé d'entre 20 et 40 ans". Son identité exacte demeure inconnue. Ceux qui tentent la traversée ont rarement des papiers sur eux.

>> À (re)lire : Un jeune migrant meurt percuté par une voiture sur l'autoroute d'accès à Eurotunnel

À Calais, le "groupe décès", comme il s’est baptisé lui-même, se réunit en urgence. Formellement constitué en 2017, il regroupe des bénévoles de plusieurs associations : le Secours catholique, Utopia 56, l’Auberge des migrants, la Croix-Rouge, Médecins du monde et Refugee Women’s Centre; ainsi que des citoyens militants. En tout, une vingtaine de personnes. Sa mission : identifier les exilés morts à Calais, contacter leur famille afin de permettre leur rapatriement ou, s’il est impossible, leur offrir des funérailles dans le respect de leurs traditions. Soit redonner une identité à des personnes que des conditions de vie indignes avaient rendues invisibles. "Face aux décès qui se multiplient, cela représente un travail très complexe et délicat, observe Juliette Delaplace, coordinatrice au Secours catholique. Il fallait donc s’organiser avec plusieurs associations." Mais aussi gagner en efficacité en centralisant les démarches.

"Inspecteur Columbo"

Deux équipes sont formées. Une militante calaisienne se charge de prendre contact avec les autorités, tandis qu’un binôme s’occupe des proches à Calais et de la famille. Encore faut-il les trouver. Car pour identifier l’homme découvert sur la plage de Sangatte, le "groupe décès" ne dispose que d’une photo publiée dans la presse où l’on ne distingue que ses cheveux et un bref descriptif fourni par la police : grand, brun, typé. Maigres indices. Et il y a environ 800 migrants éparpillés dans la ville. "L’errance, l’invisibilisation des exilés compliquent notre travail", déplore Mariam Guerey, volontaire au Secours catholique et membre historique du "groupe décès". "C’était comme chercher une aiguille dans une botte de foin (...) J’avais l’impression d’être l’inspecteur Columbo".

Le temps presse. L’officier de police en charge de l’affaire s’apprête à partir en vacances. Il aimerait bien que l’enquête soit bouclée avant. Dans le cas contraire, le "groupe décès" redoute un enterrement sous X. "C’est ce qu’on veut empêcher, pour ne pas qu’ils meurent dans l’oubli", s’émeut Siloé Medriane, coordinatrice à Utopia 56. Il faut aussi agir avant que de fausses informations ne se propagent sur les réseaux sociaux, quant à l’identité de la victime notamment. Les nouvelles vont vite et des familles pourraient s’inquiéter inutilement. En août, après le décès d’un migrant soudanais, Abdulfatah Hamdallah, migrant retrouvé mort sur le littoral du Nord-Pas-de-Calais en 2020 après avoir tenté de gagner l’Angleterre, la ministre déléguée à l’Intérieur Marlène Schiappa avait évoqué sur Twitter "un mineur de 16 ans" et promis de redoubler les efforts contre les passeurs. "Mais Abdulfatah n’était pas mineur. Et son ami et lui étaient partis sans l’aide de passeurs", proteste Juliette Delaplace.

La tombe d'Abdulfatah Hamdallah, décédé en août 2020. Crédit : François-Damien Bourgery
La tombe d'Abdulfatah Hamdallah, décédé en août 2020. Crédit : François-Damien Bourgery


Accompagnée d’un bénévole afghan et d’un persanophone, Mariam Guerey fait le tour des campements. Chez les Égyptiens, personne ne manque à l’appel. Chez les Syriens non plus. Les Iraniens, en revanche, se souviennent que l’un d’eux avait annoncé le matin du 17 octobre vouloir tenter la traversée le soir même. La coiffure qu’on devine sur la photo du journal pourrait correspondre. Un nouvel indice consenti par la police – l’homme décédé porte une fine barbe – confirme cette piste. Une photo est présentée à l’enquêteur : c’est bien lui.

Honorer les morts

La famille de Behzad Bagheri-Parvin est contactée. Mais le prix communiqué par l’ambassade d’Iran pour faire rapatrier sa dépouille est trop élevé. Il sera donc inhumé à Calais selon le rite chiite et les vœux de ses parents. "On se positionne en soutien. Jamais on ne prendrait une décision à la place des proches", insiste Juliette Delaplace. Deux mois plus tôt, environ 200 personnes avaient assisté à l’enterrement d’Abdulfatah Hamdallah. Ce mercredi 4 novembre, restrictions sanitaires obligent, ils ne sont qu’une petite vingtaine à pouvoir rendre un dernier hommage à Behzad Bagheri-Parvin. Une étoffe noire est dépliée sur la sépulture. On y dépose des fleurs et des gâteaux. Une vidéo est tournée, conformément aux souhaits du père. "À chaque fois, on essaie de rassembler des petits objets pour les donner à la famille. On a récupéré un peu de terre, une photo, l’étoffe qui avait été étendue sur la tombe, un bonnet", raconte Mariam Guerey. Son regard s’absente, comme perdu dans ces souvenirs.

Mariam Guerey montre la vidéo réalisée par un bénévole lors de l'enterrement de Behzad Bagheri-Parvin. Crédit: François-Damien Bourgery
Mariam Guerey montre la vidéo réalisée par un bénévole lors de l'enterrement de Behzad Bagheri-Parvin. Crédit: François-Damien Bourgery


"Nous pallions une absence totale de prise en charge qu’on considère comme indigne de la part des autorités, déplore Juliette Delaplace. Si nous ne nous étions pas mobilisés, l’affaire aurait été classée sans qu’on ait pu identifier Monsieur Bagheri-Parvin, contacter sa famille, s’assurer que son inhumation soit conforme à ses croyances. S’il n’y avait pas eu cette mobilisation, il aurait été enterré sous X au carré des indigents."

Sensibiliser les vivants

Les associations actives au sein du "groupe décès" œuvrent aussi pour les vivants. Médecins du monde oriente les proches des personnes décédées ou les rescapés de naufrages vers des structures médico-psychologiques quand ils en expriment le besoin. En plus de sa mission de recherche des personnes disparues, la Croix-Rouge mène quant à elle un important travail de prévention auprès des exilés. Tout est fait pour éviter la rupture familiale. "Nous leur demandons comment ils conservent leurs numéros, quand ils ont échangé avec leurs proches pour la dernière fois", énumère Vittoria Logrippo, coordinatrice du dispositif mobile de soutien aux exilés à Lille.

>> À (re)lire : Quelles démarches entreprendre quand un proche a disparu sur la route de l’exil ?

L’organisation met à leur disposition des lignes d’appel à l’international, une connexion wifi ou des prises pour recharger leurs portables. "Mais à Calais, ce maintien du lien est très difficile parce que les personnes sont encore en mouvement", remarque Marion Huot, officier de recherche au service de rétablissement des liens familiaux de la Croix-Rouge pour la région des Hauts-de-France. "Certaines n’ont aucun contact avec leur famille depuis leur départ il y a quatre ou cinq ans." Pour celles-ci, pas question de donner de nouvelles avant d’avoir atteint leur but. Cela pourrait sonner comme un aveu d’échec.

En discutant avec son voisin, prêtre à la retraite et bénévole au Secours catholique lui aussi, Mariam Guerey a songé à un porte-clés étanche dans lequel les migrants pourraient glisser une photo et le numéro d’un proche avant de tenter la traversée. N’importe quoi pour empêcher qu’ils ne meurent dans l’oubli.

 

Et aussi

Webpack App