Les autorités françaises ont secouru 121 personnes lundi 30 novembre. Crédit : Préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord
Les autorités françaises ont secouru 121 personnes lundi 30 novembre. Crédit : Préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord

Lundi 30 novembre, la journée a été dense dans la Manche avec le sauvetage de 121 migrants qui tentaient de rejoindre les côtes anglaises. Tous ont été secourus en mer et ramenés en France, ont indiqué les autorités qui insistent sur la dangerosité de cette traversée.

Malgré l'arrivée de l'hiver et du froid, les migrants continuent de tenter de rejoindre les côtes britanniques en traversant la Manche. La journée de lundi a été dense avec le sauvetage de 121 personnes répartis dans sept canots, a indiqué la préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord dans un communiqué.

>> À (re)lire : "D'ici l'Angleterre semble toute proche mais quand on est en mer, c'est terrifiant"

La majorité d'entre eux ont été secourus entre 7h et 11h30 lundi matin, la dernière embarcation composée de six exilés a quant à elle été prise en charge vers 19h.

L'un de ces canots, avec à son bord 25 migrants, "commençait à prendre l'eau", ont ajouté les autorités.

Ramenés à terre à Calais ou Boulogne-sur-mer, les migrants ont été pris en charge par les pompiers et la police aux frontières. "Ils sont tous sains et saufs mais certains semblent en état d'hypothermie", souligne la préfecture, mettant en garde les migrants contre les dangers de la traversée de la Manche. Cette zone est l'une des "plus fréquentées au monde et les conditions météorologiques sont souvent difficiles - avec 120 jours de vent supérieur ou égal à force 7 en moyenne annuelle - et donc dangereuse pour la vie humaine", insiste le préfet dans le même communiqué.

Au cours du week-end, 64 personnes, dont une femme enceinte et plusieurs enfants, avaient déjà été secourus en mer alors qu'ils tentaient de gagner l'Angleterre.

Passer en Angleterre avant le Brexit

Tous les hivers, le nombre de migrants présents dans le Calaisis avec l'espoir de se rendre au Royaume-Uni "baisse de quelques centaines de personnes quand il commence à faire vraiment froid", "mais cette année, beaucoup de personnes pensent qu'il faut absolument passer avant le Brexit", explique Chloé Smidt, coordinatrice du Human Rights Observers (HRO) à Calais et Grande-Synthe.

Les tentatives de traversées de la Manche sur des embarcations de fortune et parfois à la nage se sont multipliées depuis 2018, provoquant des drames.

>> À (re)lire : Reportage : à Calais, des associations rendent leur identité aux migrants décédés

Fin octobre, un naufrage a fait quatre morts et trois disparus, décimant une famille kurde iranienne. Il s'agit du pire drame migratoire à ce jour dans la Manche.

Samedi, un nouvel accord a été signé entre Paris et Londres pour mettre un terme aux traversées de la Manche. Il prévoit le doublement des patrouilles françaises à partir du 1er décembre, qui seront appuyées de drones et de radars permettant de repérer ceux qui tentent de rejoindre les côtes anglaises par la mer.

 

Et aussi