Image d'illustration d'une voiture de policiers italiens. Crédit : Imago-Images/blickwinkel
Image d'illustration d'une voiture de policiers italiens. Crédit : Imago-Images/blickwinkel

La police italienne a arrêté 19 personnes dans le cadre d'un coup de filet mené dans toute la péninsule contre un réseau international d'immigration clandestine, a annoncé samedi le ministère de l'Intérieur.

C’est un coup porté aux réseaux d’immigration irrégulière en Italie. Le ministère italien de l'Intérieur a annoncé samedi 5 décembre l’arrestation de 19 personnes impliquées dans un réseau international d'immigration clandestine œuvrant dans toute l’Italie.

>> À lire : Démantèlement d'une filière d'immigration clandestine entre Paris et la Grande-Bretagne

C’est une enquête lancée en 2018 après une dizaine de débarquements de migrants dans le sud de la Sicile tous arrivés en passant par la Grèce ou la Turquie qui a permis de mettre au jour un réseau criminel composé de Kurdo-Irakiens, d'Afghans et d'Italiens. Contre paiement, le réseau organisait l'entrée illégale de migrants en Italie ou d'autres pays européens puis leur faisait obtenir un permis de séjour à l'aide de faux papiers (contrats de travail...).

Ce réseau criminel, qui disposait de bases notamment à Bari (sud), Turin, Milan et Vintimille (nord), organisait "l'entrée, le séjour et le passage vers le nord de l'Europe de migrants venant d'Iran, d'Irak, d'Afghanistan et du Pakistan", a précisé le ministère dans un communiqué.

>> À lire : Italie : le gouvernement assouplit les lois anti-migrants de Matteo Salvini

L’opération policière de samedi a également permis de saisir 17 téléphones, quatre ordinateurs portables, divers documents, ainsi que 25 000 euros en espèces.

Le réseau démantelé constituait "un moyen de liaison avec des groupes criminels actifs en Turquie et en Grèce organisant le transport des migrants vers leur destination privilégiée (France et nord de l'Europe) en échange d'importantes sommes d'argent (environ 6 000 euros par migrant pour le voyage à travers l'Afghanistan, le Pakistan, l'Iran, la Grèce et l'Italie)", selon le communiqué.

 

Et aussi