Le camp de Kara tape après les pluies diluviennes de ces derniers jours. Credit: NGO Aegean Boat Report
Le camp de Kara tape après les pluies diluviennes de ces derniers jours. Credit: NGO Aegean Boat Report

Le ministère grec de la Migration a annoncé mardi l'ouverture d'une enquête après l'agression violente d'une fillette afghane dans les sanitaires du camp de migrants de Kara Tepe, sur l'île de Lesbos.

Une enquête a été ouverte après l'agression d'une fillette afghane de 3 ans dans le camp de Kara Tepe - aussi appelé "Moria 2" - sur l'île grecque de Lesbos, a appris l'AFP mardi 15 décembre auprès du ministère grec des Migrations.

L'enfant a été retrouvé à moitié consciente et en sang lundi soir dans des sanitaires du camp, a rapporté cette source à l'AFP, selon laquelle "les médecins du camp ont confirmé" l'incident.

Soupçon de viol

Après un premier examen, la fillette a été transférée à l'hôpital Vostaneio dans la ville de Mytilène, où elle sera examinée à nouveau par un médecin légiste qui devrait déterminer la cause exacte de ses blessures et savoir si elle a été violée.

>> En vidéo : à Lesbos, un nouveau camp d'urgence accueille les migrants

Le camp de Kara Tepe abrite dans des conditions extrêmement difficiles plus de 7 300 personnes relogées à la hâte après la destruction en septembre du camp de Moria, le plus important d'Europe, ravagé par les flammes. Un tiers de ses occupants sont des enfants.

Pluies torrentielles

Dans ce camp qui devait être provisoire, les migrants affrontent le froid, le vent, des pluies torrentielles avec l'arrivée des difficiles conditions hivernales. Leurs tentes ont été inondées cette semaine après plusieurs jours de fortes pluies, malgré les travaux de drainage effectués en octobre sur ce terrain inondable.

L'Union européenne et Athènes ont signé début décembre un accord pour la mise en place d'ici septembre 2021 d'un nouveau camp d'accueil pour migrants sur l'île de Lesbos, en remplacement de celui de Moria et de celui de Kara Tepe.

>> À (re)lire : La santé mentale des plus jeunes se détériore à Lesbos

Dans cette nouvelle structure, "nous allons fournir des conditions décentes aux migrants et réfugiés qui arrivent, et aussi soutenir les habitants des îles grecques", a déclaré la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen.

 

Et aussi