Des migrants tunisiens secourus par la marine, à Bizerte en 2017. Crédit : Reuters
Des migrants tunisiens secourus par la marine, à Bizerte en 2017. Crédit : Reuters

La marine tunisienne a intercepté lundi soir 93 migrants africains qui tentaient de rejoindre clandestinement l'Italie. L'embarcation, à bord de laquelle se trouvaient quatre enfants et une trentaine de femmes, a été repérée au large de la ville de Sfax.

La marine tunisienne a intercepté en mer, lundi 14 décembre dans la soirée, 93 migrants africains, dont trois Tunisiens, qui tentaient de rejoindre clandestinement l'Italie, a indiqué mardi le ministère de la Défense.

Les militaires ont "sauvé 93 migrants de différentes nationalités africaines" après que leur bateau est tombé en panne à 42 km au large de Sfax, précise le ministère. Le porte-parole, le commandant Mohamed Zekri, a indiqué que 37 femmes et quatre enfants se trouvaient à bord.

Cette tentative de traversée est la dernière en date d'une longue série cette année. Pandémie, crises politiques, incertitudes sur l'avenir : en 2020, le nombre de départs irréguliers depuis la Tunisie est le plus important depuis 2011.

>> À (re)lire : Les naufrages se multiplient le long de la côte tunisienne en direction de Lampedusa

Selon l'Agence de surveillance des frontières européennes (Frontex), le nombre de traversées en Méditerranée centrale a doublé sur les 10 premiers mois de l'année par rapport à la même période en 2019, pour atteindre 28 400.

Par ailleurs, un cinquième des réfugiés et migrants arrivant dans des pays méditerranéens cette année sont des Tunisiens, selon le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

Mi-octobre, au moins 21 migrants, parmi lesquels trois enfants dont un nourrisson, avaient péri dans un naufrage au large de la Tunisie.

Dans un entretien accordé à France 24 lundi, le Premier ministre tunisien Hichem Mechichi, en déplacement en France, a souligné la nécessité "d'aller rechercher les causes de cette "immigration clandestine et de travailler en profondeur" sur le sujet. "Nous avons mis en avant le concept de développement solidaire entre les deux rives de la Méditerranée, c'est une approche qui pourrait tacler cette immigration clandestine," a-t-il estimé.

 

Et aussi