Vue sur la tour de contrôle de l'aéroport d'Orly. Crédit : Wikipedia
Vue sur la tour de contrôle de l'aéroport d'Orly. Crédit : Wikipedia

Selon une information du magazine Le Point, neuf personnes kurdes irakiennes, dont une femme enceinte et un mineur, ont atterri sur le tarmac de l'aéroport d'Orly, en région parisienne, après avoir voyagé en jet privé depuis Istanbul. Une enquête a été ouverte.

Neuf personnes sans-papiers voyageant en jet privé en provenance de Turquie ont été interpellées dimanche 13 décembre à l'aéroport parisien d'Orly, selon une information du magazine Le Point, confirmée par une source aéroportuaire.

Les passagers en situation irrégulière voyageaient à bord de l'avion d'une compagnie autrichienne Tyrolean Jet Services, a indiqué cette source. Ils ont dû payer une facture minimale de 30 000 euros pour le vol. "Il s'agit d'une estimation basse établie à partir des tarifs proposés par la compagnie. On ignore à ce stade de l'enquête combien le voyage leur a coûté au total", peut-on lire dans l’article du Point.

Les neufs personnes se disent Kurdes irakiens et ont demandé l'asile à leur arrivée, a indiqué à l'AFP Laure Palun, directrice de l'Anafé (Association nationale d'assistance aux frontières pour les étrangers), qui a suivi plusieurs d'entre eux lors de leur placement en zone d'attente, où sont généralement maintenus par la police aux frontières (PAF) les "non admis" ou les demandeurs d'asile. 

>> À (re)lire : "Les ZAPI, ces 'hotspots à la française' où l’attente ronge les migrants"

Parmi les neufs arrivants, se trouvaient un couple, dont la femme enceinte, et un mineur de 17 ans. Ils ont passé un premier entretien avec l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides). Il ne restait, jeudi 17 décembre, que deux de ces neufs personnes en zone d'attente, complète Laure Palun, "ce qui laisse penser que les sept autres ont été admis sur le territoire au titre de l'asile".

Ouverture d'une enquête

Le parquet de Créteil a ouvert une enquête pour aide à l’entrée et au séjour irréguliers, confie la PAF d’Orly.

Aux termes du Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile (Ceseda), la compagnie Tyrolean Jet Services devra rendre des comptes : une entreprise de transport aérien est punie d'une amende d'un montant maximum de 10 000 euros lorsqu'elle débarque sur le territoire français un non ressortissant d'un État de l'Union européenne, démuni d'un document de voyage ou d'un visa requis par la loi ou l'accord international qui lui est applicable.

>> À (re)lire : Reportage à l'aéroport Charle-de-Gaulle : Dans la zone des étrangers non-admis en France

Après de premières investigations, les enquêteurs de la PAF ont retrouvé des documents d'identité déchirés dans la carlingue de l'avion.

Des migrants qui arrivent en France à bord d'un jet privé, "c'est une première", a réagi de son côté Didier Leschi, directeur de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII) qui dit ne pas être "surpris" au vu du ralentissement des flux migratoires et de la "limitation des transports" aériens dus à la pandémie de coronavirus.

 

Et aussi