La mairie, sur ordre de l'État, a installé des rochers au Fort Nieulay, à Calais. Crédit : La cabane juridique
La mairie, sur ordre de l'État, a installé des rochers au Fort Nieulay, à Calais. Crédit : La cabane juridique

La mairie de Calais a installé jeudi des rochers près d'un fort historique, sur une zone actuellement occupée par les associations qui vont à la rencontre des migrants. Selon la Ville, il s'agit de préserver le site du Fort Nieulay. Les humanitaires dénoncent, eux, une nouvelle entrave à leur travail auprès des exilés.

Après le déboisement d'un terrain occupé par des migrants début décembre, les autorités continuent leur politique anti-migrants à Calais. Sur ordre de l'État, la Ville a fait installer jeudi 17 décembre des rochers devant l'entrée du Fort Nieulay. C'est à cet endroit que stationnaient les véhicules des associations pour atteindre la centaine de migrants installés près de Coquelles, à proximité de l'Eurotunnel.

"Suite aux démantèlements successifs, on avait réussi avec plusieurs associations à créer un point de rendez-vous à ce niveau : Salam, Utopia 56 et d'autres collectifs y distribuaient de la nourriture, Médecins du monde y prodiguait des soins de santé, la Croix-Rouge y mettait en place son programme de rétablissement des liens familiaux, la Cabane juridique y fournissait une aide juridique, et le Secours Catholique y apportait notamment des prises électriques pour recharger les téléphones des migrants", énumère Juliette Delaplace, coordinatrice au Secours catholique.

Les bus de la Vie active, association mandatée par l'État, s'arrêtaient également à cet endroit pour emmener les exilés aux services de douches de la ville, et pour distribuer des collations. Mais avec ces rochers, les maraudes mobiles de la Vie active n'ont pas pu passer par là jeudi, signale de son côté Siloé Medriane d'Utopia 56.

"Empêcher les dégradations"

Selon la mairie, ces travaux ont pour but d'"empêcher des véhicules de dégrader ou d’amener des choses qui peuvent dégrader (le fort), en faisant des feux, par exemple", explique au quotidien régional La Voix du Nord, Philippe Mignonet, adjoint à la sécurité à Calais. Ils "visent en substance les associations d'aide aux migrants", note aussi le média. Contactées par InfoMigrants, la mairie et la préfecture de région n'ont pas répondu à nos sollicitations.

>> À (re)lire : Calais : 11 migrants et 8 associations assignent le préfet du Pas-de-Calais devant la justice

"C'est un outil de plus utilisé par les autorités pour entraver l'action des associations", s'insurge Juliette Delaplace qui parle d'une véritable "lutte des places" à Calais. Avec les multiples déboisements, l'installation de grillages, de rochers, mais également l'arrêté préfectoral interdisant aux associations non-mandatées par l'État de distribuer de la nourriture aux migrants dans le centre-ville, les humanitaires affirment être de plus en plus restreints dans leurs missions et doivent à chaque fois se réadapter.

"On va voir comment on va s'organiser mais on va trouver des solutions, comme d'habitude", assure Siloé Medriane. "Ils n'arriveront jamais à nous détruire totalement, la situation des exilés nous oblige à être présent", renchérit Juliette Delaplace.

"C'est une honte"

Pour la coordinatrice du Secours catholique, "c'est une honte qu'on en soit encore là à Calais et qu'on pense qu'en installant des rochers ou en rasant des bois, les migrants vont disparaître" de la frontière franco-britannique. Depuis plusieurs années, l'État et la Ville tentent par tous les moyens d'empêcher les reconstitutions de campements et les "points de fixation" dans Calais et ses alentours. 

>> À (re)lire : "Les CRS font de nos vies un enfer" : des migrants érythréens de Calais dénoncent des violences répétées et gratuites

Mais selon les militants, "cette politique inhumaine et indigne" est vaine et provoque une précarisation de plus en plus extrême de cette population, en perpétuelle errance. Éparpillés dans la région, les exilés peinent à atteindre les humanitaires et sont empêchés d'accéder à "des services de base que l'État ne leur apportent pas, au mépris de leurs droits fondamentaux", insiste Chloé Smidt-Nielsen du collectif Human rights observers.

 

Et aussi