Le camp de Samos en Grèce. Crédit : Reuters
Le camp de Samos en Grèce. Crédit : Reuters

Depuis plusieurs mois, l'ONG Médecins sans frontières alerte sur la situation sanitaire sur l’île grecque de Samos où vivent des milliers de migrants entassés dans des campements insalubres. Une campagne de vaccination anti-tétanos a été lancée pour protéger les hommes, les femmes et les enfants exposés, entre autres, aux morsures de rats et de serpents.

Depuis des mois, Médecins sans frontières (MSF) alerte sur le fait que le camp de migrants de Vathy, sur l’île de Samos, en Grèce, "n'est pas un endroit sûr". Environ 3 500 migrants - syriens, afghans, congolais ou encore irakiens - y vivent "dans des conditions absolument misérables" à flanc de colline, dans des cabanes en bois ou des abris faits de bâches et de couvertures, rappelle Dora Vangi, chargée de la communication pour MSF en Grèce. L'accès à l'eau et à la nourriture y est limité. Et les incendies de ces derniers mois n’ont rien arrangé. 

>> À (re)lire : "Reportage : dans la "jungle" de Samos, une vie d'ennui et de désespoir au milieu des déchets"

Face à la dégradation de la situation, une campagne de vaccination contre le tétanos a été lancée par MSF. Le but : protéger la population de ces campements "qui n’ont d’autre choix que de vivre dans la saleté et les ordures" contre cette maladie qui peut se contracter à des travers des plaies infectées ou encore des morsures d’animaux.


Les déchets dans le camp de Samos, en décembre 2019. Crédit : InfoMigrants
Les déchets dans le camp de Samos, en décembre 2019. Crédit : InfoMigrants


"Les morsures, ce n'est pas nouveau"

Et à Samos, les blessures par morsures ne sont pas rares. "Selon nos équipes médicales, des rats, des scorpions et des serpents mordent des enfants et des adultes", explique Dora Vangi de MSF. "Ce n’est pas nouveau, nous alertons sur ce problème depuis longtemps".

>> À (re)lire : Franck, Congolais à Samos : "Ma fille me demande pourquoi on est obligé de vivre sous une tente"

Pour l’heure, l'ONG a annoncé avoir déjà vacciné environ 2 200 hommes, femmes et enfants de plus de six ans depuis le début du mois de décembre. 

Les autorités grecques prévoient le déplacement de tous les demandeurs d'asile des îles grecques vers le continent et dans un nouveau camp fermé sur Samos, d'une capacité de 1 200 personnes, d'ici le début d'année 2021.

 

Et aussi