Des centaines de personnes migrantes vivent dans la neige et le froid dans le camp détruit de Lipa, en Bosnie. Crédit : REUTERS/Dado Ruvic
Des centaines de personnes migrantes vivent dans la neige et le froid dans le camp détruit de Lipa, en Bosnie. Crédit : REUTERS/Dado Ruvic

Dans le nord de la Bosnie-Herzégovine, des centaines de migrants sont toujours sans solution d’hébergement depuis l’incendie du camp de Lipa le 23 décembre. La situation est extrêmement inquiétante alors que des chutes de neige et des températures glaciales se sont abattues sur la région ce week-end.

La situation était déjà compliquée dans le camp de Lipa, elle est devenue catastrophique. Dans le nord-ouest de la Bosnie, plusieurs centaines de migrants sont contraints de vivre dans le froid et la neige après l’incendie de ce camp le 23 décembre.

Ces hommes – originaires d’Afghanistan et du Bangladesh pour la plupart – tentaient samedi de se protéger du froid et du vent en s’enveloppant dans des couvertures et des sacs de couchage, ont observé des journaliste des l’agence Associated Press (AP).

La Croix-Rouge de Bosnie a distribué des repas aux exilés qui ne survivent que grâce à ces colis alimentaires. La police ne les autorise pas à quitter le site, les empêchant de se rendre dans la ville voisine de Bihac pour acheter quelques denrées alimentaires.

"Lipa est devenue une prison hivernale", a dénoncé sur Twitter Peter Van der Auweraert, représentant de l’Organisation internationale pour les migrations en Bosnie-Herzégovine. "Les migrants ne sont pas autorisés à quitter le site de Lipa et doivent maintenant faire du feu dans les tentes restantes pour se tenir chaud […] C’est une tragédie totalement inutile", ajoute-t-il.


Dans la grande tente qui a survécu à l’incendie et où dorment désormais les migrants, le toit commence à ployer sous le poids de la neige, met par ailleurs en garde Peter Van der Auweraert, pointant un "terrible accident qui n’attend que de se produire".

"Nous vivons comme des animaux"

L’association No Name Kitchen a indiqué, de son côté, "faire de son mieux pour procurer des vêtements chauds et de la nourriture aux personnes". "La police a bloqué la route et plus de 1000 personnes se trouvent dans la forêt autour du camp de Lipa", précise l’organisation.


"Nous vivons comme des animaux. Même les animaux vivent mieux que nous !" a déclaré un Pakistanais à AP qui ne s’est identifié que par son prénom, Kasim. "S’ils ne nous aident pas, nous mourrons, alors aidez-nous s’il vous plaît."


"Ce n’est pas ainsi que quiconque devrait vivre", a également pointé Peter Van der Auweraert, appelant la classe politique bosnienne au "courage" et à l’"action" pour débloquer la situation et autoriser l’ouverture d’un nouveau centre d’hébergement.

La capitaine de navire allemande Carola Rackete a également alerté sur les réseaux sociaux sur l'urgence de la situation dans le nord de la Bosnie et appelé à soutenir les associations qui viennent en aide aux exilés.


 

Et aussi