Le port de Port-en-Bessin-Huppain, dans le Calvados, où l'embarcation de migrants a été mise à l'eau. Crédit : Wikimedia Commons
Le port de Port-en-Bessin-Huppain, dans le Calvados, où l'embarcation de migrants a été mise à l'eau. Crédit : Wikimedia Commons

Douze Irakiens ont été pris en charge par les secours après que leur embarcation a chaviré dans le port de Port-en-Bessin-Huppain, en Normandie, dans la nuit de mardi à mercredi. Un nourrisson de deux mois a été transporté au centre hospitalier de Bayeux.

Douze ressortissants irakiens qui tentaient de traverser La Manche pour rejoindre l'Angleterre ont été pris en charge par les secours dans la nuit de mardi à mercredi 30 décembre, a indiqué dans un communiqué la préfecture du Calvados. Leur embarcation a chaviré dans le port de Port-en-Bessin-Huppain, un lieu inhabituel pour les tentatives de départ vers l'Angleterre.

"Tous les occupants de l'embarcation ont pu être ramenés sur la terre ferme sains et saufs", souligne la préfecture, parlant de neuf hommes et trois femmes, dont deux mineurs. À l'issue d'un bilan médical, "seul un nourrisson de deux mois a été transporté au centre hospitalier de Bayeux, car étant en légère hypothermie, accompagné de sa mère".

Hormis donc ce bébé et sa mère, les dix autres ressortissants irakiens ont été accueillis dans un local mis à disposition par la commune de Port-en-Bessin-Huppain. "Il est actuellement procédé à l'examen individuel des situations administratives de chacun", a ajouté la préfecture.

"Un des points de départ les plus éloignés de l'Angleterre"

L'embarcation à bord de laquelle avaient pris place ces migrants était "de petite taille". Elle a chaviré vers 2 heures du matin dans le port de Port-en-Bessin-Huppain "au moment de sa mise à l'eau", toujours selon la préfecture.

"C'est la première fois qu'on voit des migrants prendre la mer depuis Port-en-Bessin", a déclaré Stéven Gérard, le président des Sauveteurs en mer (SNSM) de Port-en-Bessin, dans les colonnes du journal Le Parisien, précisant que la température de la mer était cette nuit-là entre 5 et 6°C.

>> À (re)lire : Brexit : qu'est-ce qui va changer pour les migrants, ou pas, à partir du 1er janvier ?

Le maire de la ville, Christophe Van Roye, lui aussi cité par Le Parisien, a pour sa part été surpris que ces migrants aient choisi de prendre la mer à partir de sa commune. "C'est un des points de départ les plus éloignés de l'Angleterre (environ 80 km). Et en plein hiver, avec une mer formée, c'était aussi un des pires moments."

Les tentatives de traversées de la Manche sur des embarcations de fortune ont été nombreuses en 2020, malgré les risques. Fin octobre, un naufrage avait fait quatre morts et trois disparus, décimant une famille kurde iranienne.

 

Et aussi