Makis Voridis et Sofia Voultepsi deviennent respectivement ministre de l'Intérieur et ministre adjointe à l'Intégration des réfugiés en Grèce. Crédit : Wikicommons
Makis Voridis et Sofia Voultepsi deviennent respectivement ministre de l'Intérieur et ministre adjointe à l'Intégration des réfugiés en Grèce. Crédit : Wikicommons

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a annoncé, lundi, un léger remaniement gouvernemental avec les nominations, notamment, de deux conservateurs ouvertement anti-migrants au ministère de l'Intérieur et à sa branche pour l'Intégration des réfugiés.

C'est un nouveau virage à droite que vient d'amorcer, lundi 4 janvier, le Premier ministre grec conservateur Kyriakos Mitsotakis avec les nominations de Makis Voridis et Sofia Voultepsi à deux postes clé pour la gestion des questions migratoires du pays. 

>> À (re)lire : Automutilations, idées suicidaires… Sur les îles grecques, une dégradation inquiétante de la santé mentale des migrants

Le premier, Makis Voridis, passe de ministre de l'Agriculture à celui de l'Intérieur. Ce père de famille de deux enfants a fondé en 1994 un parti d'extrême-droite nommé "le parti du Front hellénique" dont le slogan était "carton rouge pour les migrants illégaux". Depuis 2005, il a rejoint un autre petit parti nationaliste appelé "Laos".

Plus récemment, alors qu'il était encore ministre de l'Agriculture, Makis Voridis n'a pas hésité à plusieurs reprises à partager son opinion plutôt tranchée sur la crise migratoire. Ainsi, en octobre 2019, au moment de l'approbation par le Conseil des ministres de ce qui allait devenir une nouvelle législation sur l'asile en Grèce, le ministre ultra conservateur estimait à la radio qu'une majorité des personnes entassées dans les îles de la mer Égée n'étaient que "des clandestins (...) n'ayant en fait aucune raison et donc aucun droit de demander une protection humanitaire". Selon lui, les réfugiés tels que les Syriens fuyant la guerre sont largement minoritaires. Les autres "ont des droits humains devant être respectés durant leur procédure d'asile, mais cela ne doit pas aller plus loin."

Les migrants "des envahisseurs non armés"

La seconde à faire une entrée remarquée au gouvernement Mitsotakis, Sofia Voultepsi, prend la fonction de ministre adjointe à l'Intégration des réfugiés. Ancienne journaliste et députée du parti conservateur Nouvelle Démocratie depuis 2004, elle est réputée pour ses positions populistes et son franc parler dans les médias. C'est d'ailleurs lors d'un débat télévisé sur la chaîne Mega en 2014 qu'elle s'était faite remarquer sur la question des migrants en les qualifiant notamment "d'envahisseurs non armés".

>> À (re)lire : La Grèce veut accélérer la construction du nouveau camp à Lesbos

Il s'agit du deuxième remaniement du gouvernement de Kyriakos Mitsotakis, élu en juillet 2019. Selon plusieurs analystes, ce remaniement pourrait ouvrir la voie à des élections législatives anticipées. Dans le plus récent sondage, conduit par l'institut MRB, le parti conservateur du Premier ministre Nouvelle Démocratie reste en tête des intentions de vote avec 38,1%, bien devant le Syriza qui ne recueillerait que 23,1%.

 

Et aussi