Un migrant secouru par les services espagnols, le 4 janvier. Crédit : Reuters
Un migrant secouru par les services espagnols, le 4 janvier. Crédit : Reuters

Quatre exilés ont trouvé la mort dans l’océan Atlantique alors qu’ils tentaient de rejoindre l’archipel des Canaries, ont annoncé mardi 5 janvier les services d'urgence de ce territoire espagnol.

Une embarcation composée d'une quarantaine de migrants a débarqué de manière autonome mardi matin au port de Cabezo, sur l'île de Tenerife aux Canaries. À bord de ce canot se trouvaient trois corps de migrants, décédés sur la route. Une autre personne est morte sur la plage d'arrivée.

La Croix-Rouge espagnole, présente sur les lieux, a précisé que trois autres migrants ont été pris en charge par les services de santé "en raison de brûlures et d'érosion".

>> À (re)lire : Reportage : aux Canaries, face à l’afflux de migrants, "la situation devient ingérable"

La fréquentation de cette route migratoire a bondi ces derniers mois. Pour les quatre premiers jours de l'année 2021, on compte environ 300 migrants débarqués aux Canaries.

En 2020, plus de 23 000 migrants sont arrivés sur l'archipel espagnol, soit huit fois plus que les 2 687 enregistrés l'année précédente, d'après les chiffres du ministère espagnol de l'Intérieur.

Route redoutablement dangereuse

Mais cette route entre le nord-ouest de l'Afrique et les îles Canaries est redoutablement dangereuse, principalement à cause des forts courants dans l'Atlantique. De nombreux décès y sont déjà survenus. L'année dernière, 1 851 migrants sont morts lors de la traversée vers les Canaries, principalement à cause des forts courants dans l'Atlantique, selon un rapport publié la semaine dernière par l'ONG Caminando Fronteras.

>> À (re)lire : Reportage : les Canaries, une prison pour les migrants qui rêvent du continent européen

Les structures d’accueil des personnes migrantes de l’archipel ont été submergées par la hausse des arrivées. Des milliers d’exilés ont dû passer plusieurs jours dans un campement provisoire installé sur un port de l'île de Grande Canarie, dans des conditions vivement dénoncées par plusieurs ONG.

En réponse, les autorités les ont transférés dans un camp militaire et des hôtels de l'île, et le gouvernement espagnol a lancé un plan d'urgence visant à créer 7 000 places d'hébergement temporaires.

 

Et aussi