Opération de sauvetage d'une petite embarcation par les autorités françaises dans la Manche en septembre 2020. Crédit : Twitter @premarmanche
Opération de sauvetage d'une petite embarcation par les autorités françaises dans la Manche en septembre 2020. Crédit : Twitter @premarmanche

Entre samedi et dimanche, les autorités françaises ont porté secours à 33 migrants répartis sur plusieurs embarcations de fortune à destination du Royaume-Uni. Tous sains et saufs, ils ont été pris en charge par la police aux frontières.

Les secouristes français ont porté assistance à 33 migrants en détresse répartis sur trois embarcations de fortune dans la Manche entre le samedi 9 et le dimanche 10 janvier, rapporte la préfecture maritime.

Le premier sauvetage a eu lieu dans la matinée du samedi lorsque le centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage (CROSS) Gris-Nez est prévenu par un navire de la Marine nationale qu'une embarcation transportant neuf migrants se trouve en difficulté au large de la commune d’Audresselles dans le Pas-de-Calais. Le même navire ayant donné l'alerte a procédé au sauvetage des migrants qui, une fois à bord, "n'ont pas réclamé d'assistance médicale", selon la préfecture maritime. 

Celle-ci précise qu'ils ont alors été déposés à quai à Boulogne-sur-Mer où ils ont été pris en charge par la police aux frontières peu avant 14h.

Le lendemain matin, le CROSS Gris-Nez est "directement contacté par plusieurs embarcations de migrants se signalant en difficulté dans le détroit du Pas-de-Calais", indique la préfecture. Une vedette côtière de surveillance maritime est alors dépêchée sur place pour porter assistance à 14 migrants. Ces derniers ont été déposés au port de Dunkerque où ils ont été pris en charge par la police aux frontières vers 11h.

Peu après, une autre opération de sauvetage a lieu, au large de la commune d'Ambleteuse toujours dans le Pas-de-Calais, conduite de nouveau par un navire de la Marine nationale. L'équipage récupère alors 10 naufragés à son bord et les ramène en début d'après-midi au port de Boulogne-sur-Mer où ils ont également été confiés à la police aux frontières.

Quatre fois plus de traversées ou tentatives en 2020

Depuis fin 2018, ces traversées illégales de la Manche se multiplient malgré les mises en garde répétées des autorités soulignant le danger lié à la densité du trafic, aux forts courants et à la faible température de l'eau. 

Plus de 9 500 passages ou tentatives de passage de la Manche par des migrants ont été dénombrés en 2020, a annoncé vendredi la préfecture maritime, soit quatre fois plus qu'en 2019. Ce phénomène s'expliquerait par "de très bonnes conditions météorologiques, l'augmentation du taux de réussite", ou encore par "l'amélioration des méthodes des passeurs", selon François Guennoc, le vice-président de l'Auberge des migrants.

>> À (re)lire : La Manche, théâtre de plus de 9 500 passages ou tentatives de passage de migrants en 2020

Selon les autorités, au moins six personnes ont péri et trois ont disparu dans la Manche en 2020, après quatre morts recensés en 2019.

 

Et aussi