Un canot de migrants tunisiens arrive à Lampedusa. Crédit : Ansa
Un canot de migrants tunisiens arrive à Lampedusa. Crédit : Ansa

Les tentatives de traversée de migrants en Méditerranée continuent sur les côtes nord-africaines : 50 migrants africains ont été interceptés lundi par la marine tunisienne alors qu'ils tentaient difficilement de gagner l'Italie. Dans le même temps, plusieurs soupçons de naufrages ont été rapportés sur la route reliant le Maroc à l'Espagne.

Après quatre jours à dériver en mer, 50 migrants "de différentes nationalités africaines" ont été interceptés lundi 11 janvier au large de la ville de Mahdia dans l'est de la Tunisie, annonce le ministère de la Défense qui précise qu'un nourrisson est décédé pendant cette tentative de traversée vers l'Italie.

L'embarcation en détresse était partie dans la nuit du 6 au 7 janvier de Sidi Mansour près de la ville portuaire de Sfax et se trouvait à 43 km au large de Mahdia lorsque la marine tunisienne est intervenue en coopération avec les centres de coordination des secours en mer (MRCC) de Malte et de Rome.

>> À (re)lire : Tunisie : 20 corps de migrants repêchés après un naufrage

Les migrants ont été conduits vers le port de pêche de Mahdia avant d'être remis à la Garde nationale pour leur prise en charge administrative. Selon le ministère de la Défense, quatre Tunisiens figuraient parmi les naufragés ainsi que 11 femmes. Tous étaient âgés de 15 à 50 ans.

Avec quelque 12 000 arrivées comptabilisées en 2020, les Tunisiens représentent la principale nationalité à débarquer clandestinement en Italie, d'après le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Depuis la révolution de 2011, les départs irréguliers des côtes tunisiennes ne cessent d'augmenter tandis que l'année écoulée a été marquée par une recrudescence d'embarcations en Méditerranée centrale, route migratoire la plus meurtrière du monde pour les candidats à l'exil vers l'Europe.

>> À (re)lire : Tunisie : la marine intercepte 93 migrants africains au large de Sfax

Selon l'Agence européenne de surveillance des frontières européennes (Frontex), le nombre de traversées en Méditerranée centrale a doublé sur les dix premiers mois de l'année par rapport à la même période en 2019.

Suspicion de naufrages meurtriers entre le Maroc et l'Espagne

Une autre route nord-africaine se montre également toujours plus meurtrière : celle de la Méditerranée occidentale, reliant le Maroc à l'Espagne. Selon la plateforme téléphonique d'assistance aux migrants en détresse en Méditerranée, Alarm Phone, 37 personnes sont portées disparues depuis dimanche. Ce sont des proches qui ont donné l'alerte précisant que l'embarcation était partie de Bouyafar, près de Nador dans le nord du Maroc, pour rejoindre Motril dans le sud de l'Espagne.

Selon Alarm Phone, les services de secours espagnols ont envoyé un avion pour survoler la zone mais après deux nuits en mer et une météo de plus en plus dégradée, les chances de survie sont minces. La marine marocaine a également conduit des recherches, sans succès. "Ne les laissez pas couler !", interpelle Alarm Phone sur Twitter. Contactés par InfoMigrants, les secouristes espagnols n'ont pas encore confirmé l'opération.

>> À (re)lire : Espagne : plus de 600 migrants ont débarqué aux Canaries et en Andalousie en 48 heures

Quelques jours plus tôt, le 7 janvier, 31 migrants partis de Nador à destination de l'Espagne ont également sombré : cinq corps ont été retrouvés et cinq autres manquent toujours à l'appel, indique Alarm Phone. Selon les témoignages recueillis par des membres associatifs sur le terrain, une vingtaine de personnes ont survécu à ce naufrage. 

"Nous condamnons le régime frontalier européen qui force des personnes à risquer leur vie et leur santé dans le but d'atteindre l'Europe", a commenté Alarm Phone sur Twitter, exprimant sa solidarité envers les survivants traumatisés par les naufrages ainsi que les familles des victimes.

D'après les données les plus récentes de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), sur les 1 224 morts recensés en Méditerranée en 2020, 848 ont péri sur la route de la Méditerranée centrale, 268 sur celle de la Méditerranée occidentale et 108 sur celle de la Méditerranée orientale.

 

Et aussi