Chypre compte un seul centre d'hébergement pour demandeurs d'asile, à Kofinou (image d'illustration). Crédit : Asylum Service
Chypre compte un seul centre d'hébergement pour demandeurs d'asile, à Kofinou (image d'illustration). Crédit : Asylum Service

Une bagarre entre des ressortissants syriens et africains a éclaté dans un camp de migrants surpeuplé à Chypre, a déclaré mardi un responsable du gouvernement. Vingt-cinq exilés légèrement blessés dans les affrontements ont été admis à l'hôpital.

La promiscuité, la crise sanitaire, l'absence de perspective, le manque d'informations… sont autant d'éléments qui peuvent provoquer des conflits entre migrants entassés dans des centres. C'est ce qu'il s'est passé à Chypre alors qu'une bagarre a éclaté entre exilés Syriens et des personnes originaires de plusieurs pays africains dans un camp surpeuplé situé à l'extérieur de la capitale chypriote.

Lors d'un violent affrontement qui a duré près de 7h, des vitres ont été brisées, des lits et autres équipements détruits et une partie de la clôture du centre a été endommagée, a indiqué mardi 12 janvier le porte-parole du ministère de l'Intérieur, Loizos Michael. La police anti-émeute est intervenue pour mettre fin aux violences et 25 migrants ont été admis quelques heures à l'hôpital pour des blessures mineures.

>> À (re)lire : À Chypre, les migrants condamnés à survivre

Les enquêteurs cherchent encore à déterminer les causes de la bagarre. Selon les premiers éléments, une dispute aurait éclaté et rapidement dégénéré. 

Un habitant du camp, interrogé par le réseau de télévision chypriote Sigma, a expliqué que des tensions étaient palpables entre des ressortissants syriens, nigérians et sierra léonais, confinés en raison de restrictions imposées par le gouvernement pour endiguer la pandémie de Covid-19. 

Environ 1 500 personnes sont hébergées dans le camp - pour une capacité de 1 000 places - dont 600 en quarantaine. 

Si des bagarres ont déjà eu lieu dans ce centre, c'est la première fois qu'elles se produisent à une telle échelle, a précisé le porte-parole de la police, Christos Andreou.

>> À (re)lire : Chypre lance une campagne par SMS pour freiner les arrivées de migrants

Petit territoire européen de 900 000 habitants, Chypre peine à faire face aux arrivées quotidiennes de migrants, qui prennent la mer depuis les côtes turques et libanaises. La majorité d'entre eux sont Syriens, un quart des 7 000 personnes qui ont demandé l'asile sur l'île l'an dernier étaient originaires de ce pays, toujours en proie à des conflits.

Depuis plusieurs mois, les autorités réclament l'aide des États membres de l'Union européenne et plaident pour une répartition "plus juste" des migrants débarqués sur le sol chypriote.

 

Et aussi