Une cinquantaine de migrants ont été abandonnés par leurs passeurs près de Tours. Crédit : Google
Une cinquantaine de migrants ont été abandonnés par leurs passeurs près de Tours. Crédit : Google

Une cinquantaine de migrants kurdes irakiens ont été abandonnés par leurs passeurs mercredi au bord de l'autoroute A28 près de Rouziers-de-Touraine, près de Tours, selon le quotidien régional La Nouvelle République. Ils ont été pris en charge par des habitants et des élus de la commune.

Ils pensaient rejoindre l'Angleterre, mais leur voyage s'est arrêté plus tôt que prévu. Cinquante et un migrants kurdes irakiens ont été retrouvés mercredi 13 janvier alors qu'ils erraient dans la campagne à Rouziers-de-Touraine, près de Tours, selon une information du quotidien régional La Nouvelle République

Le groupe, composé principalement de familles, venait d'être abandonné sur l'autoroute A28 par des passeurs qui devaient les acheminer vers un port du nord de la France, afin de rejoindre ensuite l'Angleterre.

Les migrants ont été pris en charge par des habitants, élus et personnels de cette petite commune de 1 200 habitants. "Nous avons mis des toilettes à disposition, proposé à ceux qui le demandaient de recharger leurs téléphones et apporté à manger avec ce que nous avons pu trouver à la boulangerie", raconte au média local James Deligny, maire de Rouziers-de-Touraine. "Nous les avons accueillis comme des humains au contraire de ces gens qui profitent de la misère du monde."

>> À (re)lire : Plus de 200 trafiquants de migrants arrêtés dans un coup de filet mondial mené par Interpol

Ils ont ensuite été orientés par les autorités dans différentes structures selon leur profil administratif. Une trentaine d'entre eux, qui faisaient l'objet d'une obligation de quitter le territoire français (OQTF), ont été envoyés dans un centre de rétention, en vue d'une prochaine expulsion. Une dizaine d'autres, ont été hébergés dans un foyer d'accueil de la métropole tourangelle.

"Nous avons encore du mal à savoir" pourquoi ils ont été abandonnés par leurs passeurs, précise un gendarme à La Nouvelle République. "On leur vend de les déposer dans le nord de la France, souvent à bord de camions, à l’insu des chauffeurs", signale de son côté la commandante Florence Pelardy, à la tête de la compagnie de gendarmerie de Tours.

Six autres Afghans retrouvés transis de froid

La veille, ce sont six autres migrants qui ont été retrouvés sur une aire d'autoroute du Jura (ouest de la France), transis de froid et sous-alimentés dans un camion en provenance de Roumanie. Âgés de 17 à 20 ans, ces jeunes Afghans ont été placés dans les véhicules "à leur corps défendant", par des individus appartenant probablement à des réseaux criminels, a indiqué à l'AFP le procureur de Lons-le-Saunier Lionel Pascal. 

Alertés par des bruits provenant de leur chargement, sur une aire d'autoroute à Arlay, les chauffeurs routiers ont prévenu la gendarmerie. Les six passagers en situation irrégulière ont été découverts, "sévèrement atteints par le froid", a ajouté le procureur, confirmant une information du quotidien le Progrès. Quatre d'entre eux ont été transportés à l'hôpital.

Les camions sont un moyen de transport régulièrement utilisé par les migrants et les passeurs pour atteindre leur destination. "Tous les passeurs et tous les réseaux fonctionnent avec des camions", déclarait en 2019 à InfoMigrants le chercheur François Gemenne.

 

Et aussi