Des migrants se réchauffent autour d'un feu en Bosnie (illustration). Crédit : Reuters
Des migrants se réchauffent autour d'un feu en Bosnie (illustration). Crédit : Reuters

Deux policiers ont été blessés mercredi soir en Bosnie alors qu’ils intervenaient dans un camp de migrants près de la capitale pour mettre fin à une bagarre entre plusieurs personnes.

Une bagarre impliquant "un grand nombre de migrants" a éclaté mercredi 20 janvier dans la soirée dans le centre d’accueil de Blazuj, en banlieue de la capitale bosnienne, a déclaré à l’AFP un porte-parole de la police, Mirza Hadziabdic.

Le centre surpeuplé accueille actuellement plus de 3 000 personnes, pour une capacité de 2 400 places.

>> À (re)lire : Dans le nord de la Bosnie, les migrants fragilisés par l’arrivée de l’hiver

L’Organisation internationale des migrations (OIM), gestionnaire des lieux, a précisé dans un communiqué qu’"une dispute opposant deux migrants [avait] rapidement dégénéré en un affrontement plus important".

"Lors de l'intervention, des migrants se sont attaqués aux policiers et ont endommagé plusieurs voitures de la police et de l’OIM, ainsi que des bureaux" de l’agence onusienne, a précisé le porte-parole de la police. "Deux policiers et un employé de l'OIM ont été blessés", a ajouté le porte-parole.

Des médias locaux ont diffusé des photos de plusieurs voitures de la police renversées à l'intérieur du camp.

>> À (re)lire : Aux portes de l'Europe, l'enfer des migrants

La Bosnie, située sur la route des Balkans est traversée chaque année par des milliers de migrants qui souhaitent se rendre en Europe occidentale. Près de 6 000 exilés sont actuellement hébergés dans cinq centres gérés par l’OIM, alors qu'"entre 2 000 et 2 5000 personnes sont sans abri", vivant notamment dans les bois et des bâtiments abandonnés dans la région de Bihac, au nord-ouest du pays près de la frontière croate et de l’Union européenne.

Par ailleurs, quelque 900 personnes sont hébergées dans un campement mis en place récemment par l'armée bosnienne à Lipa, dans la région de Bihac, après la destruction par un incendie en décembre d'un centre qui avait été géré dans le même village par l'OIM.

 

Et aussi