Environ 400 personnes vivent dans le centre de Folkestone. Crédit : Capture d'écran RT
Environ 400 personnes vivent dans le centre de Folkestone. Crédit : Capture d'écran RT

Une centaine de demandeurs d'asile logés dans un centre d'hébergement de Folkestone, au sud-est du Royaume-Uni, vont être transférés dans des hôtels de la région. Plusieurs cas de coronavirus avaient été signalés dans la structure et les résidents réclamaient des mesures afin que les règles sanitaires puissent être respectées.

Les demandeurs d'asile logés dans la caserne Napier ont été entendus. Une centaine de résidents de ce centre d'hébergement situé à Folkestone, au sud-est de l'Angleterre, vont être déplacés dans les prochains jours dans des hôtels de la région.

>> À (re)lire : "J'ai peur de mourir ici" : en Angleterre, des cas de Covid recensés dans un centre pour migrants bondé

"Conformément aux conseils de Public Health England, le Home Office transfère temporairement un certain nombre de demandeurs d'asile du centre d'hébergement de Napier vers des [hôtels], afin de permettre à ceux restés à Napier de s'isoler davantage", a déclaré une porte-parole du Home Office, l'équivalent britannique du ministère de l'Intérieur, cité dans le média en ligne Kentonline.

La ville de Folkestone s'est réjouie de cette annonce. "Cela signifie qu'une plus grande distance sociale est possible dans la caserne, réduisant la propagation potentielle du Covid", a indiqué un représentant, selon le journaliste angais Simon Jones.

Mardi 19 janvier, plusieurs cas de coronavirus ont été confirmés par les autorités dans ce centre d'hébergement où s'entassent environ 400 personnes. Le Home Office n'a pas voulu donner le nombre précis de demandeurs d'asile infectés par le covid. 

Malgré les appels de plus en plus pressants de certains députés et d'associations, les autorités refusaient de prendre des mesures spécifiques pour éviter une propagation du coronavirus dans ce centre d'hébergement.

Le ministre de l'Immigration est même allé plus loin, accusant les résidents de Napier d'être responsables de cette situation car ils "refusent de s'isoler ou de suivre les règles de distanciation sociale".

En réponse, environ 200 demandeurs d'asile de la caserne ont signé une lettre ouverte dans laquelle ils décrivent l'infrastructure du centre et leurs conditions de vie. "Nous partageons tous le même espace, nous respirons dans la même pièce, et il n'y a aucun moyen de respecter les distanciations sociales", indiquent-ils dans leur missive. "En connaissant ces faits, comment est-il possible de suivre les recommandations ? La question est de savoir pourquoi le Home Office a réuni 400 personnes au même endroit ?", s'interrogent les résidents.

 

Et aussi