Image d'archives d'une embarcation de migrants en Méditerranée. Crédit : Open Arms
Image d'archives d'une embarcation de migrants en Méditerranée. Crédit : Open Arms

Cinquante-cinq migrants ont débarqué dimanche de manière autonome à Malte. C'est la première fois depuis trois ans que des exilés parviennent à atteindre l'île depuis les côtes libyennes.

C'est un fait extrêmement rare. Un canot, avec 55 personnes migrantes à son bord, a réussi à rejoindre l'île de Malte sans assistance depuis les côtes libyennes dimanche 21 février, a indiqué le quotidien Times of Malta. La route qui sépare de plus de 1 000 km de mer les deux pays est dangereuse. Les embarcations parties du nord du continent africain ont beaucoup de mal à atteindre Malte de manière autonome. Elles sont généralement secourues en mer par les garde-côtes européens ou interceptées par les Libyens.

>> À (re)lire : De plus en plus de déplacés poussés à traverser la Méditerranée à cause de la crise au Sahel

Ce groupe de 55 personnes a réussi l'exploit de fouler le sol maltais, sans être repéré en amont en Méditerranée, et sans y laisser leur vie. Les exilés, tous des hommes selon la police, sont entrés vers 5h30 du matin au port de Wiel il-Buni, à Birzebbuga, à environ 10 km de la capitale La Valette. Ils font l'objet d'une enquête de la police de l'immigration.

"Les premiers à atterrir sans assistance à Malte depuis trois ans"

Si ce genre d'arrivée est inhabituel à Malte, une histoire similaire a été observée dans le pays deux jours plus tôt. Vendredi soir, huit hommes ont été retrouvés en train de marcher sur une route entre les villes de Zurrieq et de Ghar Lapsi, au sud de l'île. Les migrants, cinq Syriens et trois Égyptiens, auraient également atteint Malte par bateau. Ils ont été interpellés par la police et font, eux aussi, l'objet d'une enquête. 

Ces 63 migrants (les 55 de dimanche et les 8 arrivés vendredi) sont "les premiers à atterrir sans assistance à Malte depuis trois ans, et les premiers bateaux pneumatiques depuis près d'une décennie", signale sur Twitter le chercheur Marc Tilley. "Cela peut être attribué au manque de réponse des forces armées maltaises et à l'échec total des politiques du gouvernement", continue-t-il.

Malte est régulièrement accusée par les ONG de ne pas porter secours aux migrants en détresse en mer Méditerranée, laissant le plus souvent cette responsabilité à l'Italie ou à des navires commerciaux. La semaine dernière, La Valette a, par ailleurs, refusé à l'Open Arms de laisser débarquer sur son sol la centaine de migrants secourus par le navire humanitaire au large des côtes libyennes.

 

Et aussi