Selon les témoignages de trois rescapés, un mineur qui ne savait pas nager a disparu dans la Manche entre mardi et mercredi. Crédit : @premarmanche
Selon les témoignages de trois rescapés, un mineur qui ne savait pas nager a disparu dans la Manche entre mardi et mercredi. Crédit : @premarmanche

Une petite embarcation transportant quatre migrants entre Sangatte, dans le Pas-de-Calais, et le Royaume-Uni a chaviré dans la nuit de mardi à mercredi. Trois hommes ont pu être sauvés mais un quatrième, un mineur d'origine soudanaise, manque toujours à l'appel, selon le témoignage de l'un des rescapés. Au moins une dizaine de migrants ont perdu la vie dans la Manche en 2020.

Après des heures de recherches menées mercredi 3 mars dans une épaisse brume, les secouristes n'ont désormais plus d'espoir de retrouver un migrant mineur d'origine soudanaise disparu dans la Manche dans la nuit de mardi à mercredi, rapporte le site d'information Nord Littoral.

Le jeune homme, qui ne savait pas nager, se trouvait à bord d'une petite embarcation avec trois autres migrants. Ensemble, ils sont partis des environs de Sangatte "dans le sillage d'un gros bateau" à destination de l'Angleterre, selon le procureur de la République de Boulogne-sur-Mer, Pascal Marconville. Mais leur canot a rapidement chaviré.

>> À (re)lire : Traversées de la Manche : comment se passe le retour à terre des migrants secourus en mer ?

Deux des quatre hommes ont été récupérés et déposés au port de Calais avant d'être emmenés à l'hôpital. Une troisième personne a ensuite été découverte mercredi à l'aube. "C’est un mineur soudanais qui serait rentré à la nage. Il a été retrouvé en état d’hypothermie dans une cabane du chantier de Calais Port 2015", indique le magistrat, précisant qu'il a également été transporté à l'hôpital.

C'est là que le rescapé a expliqué aux secouristes qu'un quatrième jeune homme manquait à l'appel. Est alors déclenchée une nouvelle opération de sauvetage en mer par le Centre régional opérationnel de surveillance et de secours (Cross) Gris-Nez.

Selon Charles Devos, de la Société nationale de sauvetage en mer interrogé par Nord Littoral, "le secteur a été ratissé pendant cinq heures, avec une visibilité de 400 mètres, mais nous n’avons rien aperçu hormis des phoques et des marsouins." Les secouristes estiment désormais que les courants marins peuvent avoir emmené la victime en direction de la Belgique et des Pays-Bas.

Des dizaines de migrants interceptés mardi côté britannique

Au moins une dizaine de migrants ont perdu la vie l'année dernière en tentant de traverser la Manche, selon les autorités. Le 1er février dernier, le corps d’un exilé a également été retrouvé au port de Calais après avoir passé plusieurs semaines en mer.

La préfecture maritime de la Manche et de la mer du Nord estime que près de 10 000 migrants ont tenté de traverser la Manche en 2020, soit quatre fois plus qu’en 2019.

Côté britannique, le Home Office, équivalent du ministère de l'Intérieur, annonce avoir intercepté quatre embarcations totalisant 66 migrants pour la seule journée de mardi. Comme eux, 587 sont parvenus à traverser depuis le 1er janvier contre 246 à la même période l'année dernière. 

>> À (re)lire : À Calais, le Brexit ne changera rien au sort des migrants

Sur l'ensemble de 2020, plus de 8 400 migrants ont atteint les côtes britanniques à bord de 635 bateaux. Un porte-parole du Home Office a rappelé cette semaine que les exilés "devaient demander l'asile dans le premier pays sûr dans lequel ils entrent". 

Depuis le mois de janvier, le ministère indique avoir mis en place de nouvelles règles permettant de rejeter toute demande d'asile si le migrants a traversé un autre pays sûr avant de rejoindre l'Angleterre afin de décourager les périlleuses tentatives de traversée.

 

Et aussi

Webpack App