L'enclave espagnole de Melilla au Maroc est entourée de clôtures barbelées. Crédit : DW
L'enclave espagnole de Melilla au Maroc est entourée de clôtures barbelées. Crédit : DW

Un migrant d’Afrique subsaharienne est décédé après avoir tenté de rejoindre à la nage l’enclave espagnole de Melilla depuis le port voisin marocain de Beni Ansar, à moins d'un kilomètre. Deux autres personnes, en état d’hypothermie, ont été hospitalisées. En deux jours, déjà quatre migrants sont morts dans les eaux de Melilla.

Déjà quatre morts en deux jours. Un migrant d’Afrique subsaharienne est décédé mardi 2 mars après avoir tenté de rallier à la nage l’enclave espagnole de Melilla, au Maroc. L’homme était parti du port voisin Beni Ansar, à moins d'un km de Melilla. L’alerte a été donnée par un témoin ayant entendu des cris dans la mer. Ce soir-là, deux personnes ont été sorties de l’eau.

Malgré les tentatives de réanimation, un des rescapés n’a pas pu être ramené à la vie. L'homme, dont la nationalité n'a pas été précisé, est le quatrième migrant à mourir à Melilla, dans la mer, en moins de 48h.

L’autre migrant, toujours en vie, souffre d’hypothermie. Dans la même soirée, une troisième personne a été récupérée à Melilla et transférée à l’hôpital, elle avait, elle aussi, nagé le long de la côte jusqu’à l’enclave espagnole.


L'enclave espagnole de Melilla au Maroc est à moins de 1 km du port marocain de Beni Ansar. Crédit : Google Image
L'enclave espagnole de Melilla au Maroc est à moins de 1 km du port marocain de Beni Ansar. Crédit : Google Image


Les eaux de Melilla n'ont cessé de faire remonter des corps sans vie à la surface de l’eau ces dernières 30 heures. 

Lundi 1er mars, dans l’après-midi, un cadavre a été retrouvé sur la plage de Los Cárabos. Le lendemain, trois autres corps ont aussi été récupérés sur différentes secteurs de Melilla, dont la plage de Horcas Coloradas, notamment.


Les plages de Horcas Coloradas et de Los Carabos à Melilla.
Les plages de Horcas Coloradas et de Los Carabos à Melilla.


Depuis plusieurs années, les migrants, désespérés, multiplient les prises de risque pour essayer de rejoindre Ceuta et Melilla. Les deux enclaves espagnoles, au nord du Maroc, représentent les seules frontières terrestres de l’Union européenne avec l’Afrique.

Le 22 février, les autorités espagnoles avaient annoncé avoir découvert un migrant clandestin dissimulé dans un sac contenant des déchets toxiques à bord d'un bateau amarré au port de Melilla.

Le même jour, d'autres migrants avaient également été retrouvés cachés dans des conteneurs remplis d'objets en verre et de tessons de bouteilles tranchants destinés au recyclage. 

>> À (re)lire : Quatre Marocains meurent en tentant de rallier Melilla via un égout

Devant la dangerosité de plus en plus connue de la traversée de la Méditerranée depuis la Libye ou la Tunisie, Melilla est considérée comme un point d’entrée privilégié pour ceux qui veulent rejoindre clandestinement l'Europe, généralement en escaladant la clôture frontalière ou en nageant le long de la côte. 

 

Et aussi