Un groupe de migrants sur une plage de Grande Canarie, le 23 novembre 2020. Crédit : Reuters
Un groupe de migrants sur une plage de Grande Canarie, le 23 novembre 2020. Crédit : Reuters

L'Espagne expulse chaque semaine vers leur pays d'origine 80 migrants marocains débarqués récemment aux Canaries. Les Marocains représentent plus de la moitié du total des arrivées comptabilisées l'an dernier dans l'archipel espagnol.

L'Espagne accélère le rythme des expulsions des migrants débarqués récemment aux Canaries. Les renvois, peu nombreux en 2020 - environ 3 000 - en raison de la fermeture des frontières due à la crise sanitaire, connaissent une nette augmentation ces derniers mois.

>> À (re)lire : Canaries : désespérés, les migrants entre grèves de la faim et automutilation

Ces expulsions concernent principalement les migrants marocains, dont les arrivées dans l'archipel espagnol ont représenté plus de la moitié de celles comptabilisées l'an dernier. D'après les chiffres du ministère de l'Intérieur, sur les 23 023 arrivées aux Canaries en 2020, 11 998 personnes étaient originaires du Maroc.

Ainsi depuis le mois de décembre, quatre vols transportant une vingtaine de Marocains sont effectués chaque semaine, selon l'agence de presse espagnole Efe. Les migrants, menottés pendant toute la durée du vol, sont escortés par des policiers espagnols jusqu'à leur arrivée à Laâyoune, au Sahara occidental, un territoire situé au sud du Maroc et revendiqué par Rabat. C'est aussi depuis les côtes de cette région que la plupart des embarcations de migrants prennent la mer en direction des îles Canaries.

>> À (re)lire : Reportage : les Canaries, une prison pour les migrants qui rêvent du continent européen

Avec ces expulsions hebdomadaires, Madrid s'inspire de l'accord de rapatriement signé il y a plusieurs années entre Rome et Tunis et qui prévoit 80 expulsions par semaine de migrants tunisiens vers leur pays d'origine, explique à Efe Sara Prestianni, responsable de la migration et de l'asile à l'ONG EuroMed rights. La militante dénonce par ailleurs le "manque de transparence" autour des accords conclus entre l'Espagne et le Maroc qui sont, selon elle, "verbaux et non écrits".

Ces renvois devraient se poursuivre tout au long de l'année, les migrants continuant d'arrivées en Espagne. Depuis le début de l'année, 4 226 personnes ont débarqué dans le pays - contre 4 428 à la même période l'an dernier - dont 2 341 aux Canaries, soit plus du double des 1 103 arrivées enregistrées dans l'archipel espagnol en 2020 à la même période.

 

Et aussi

Webpack App